Défense
Essais et mise à l’eau retardés pour les frégates Alsace et Lorraine
ABONNÉS

Actualité

Essais et mise à l’eau retardés pour les frégates Alsace et Lorraine

Défense

Conséquence de la crise du coronavirus et de la période de confinement, qui a mis quasiment à l’arrêt les activités de construction de Naval Group pendant près de deux mois, l’achèvement des deux dernières frégates multi-missions réalisées à Lorient pour la Marine nationale a pris du retard.

Mise à l’eau le 18 avril 2019, l’Alsace, en achèvement à flot, devait débuter ses essais en mer ce mois-ci. Mais du fait de l’interruption temporaire d’activité entre mars et mai, et de la période estivale qui suit et qui est peu propice à ce type de campagne, son premier appareillage ne va finalement pas avoir lieu avant la première semaine d'octobre, a appris Mer et Marine. La Lorraine, dont l’assemblage se termine dans la forme de construction lorientaise de Naval Group, va elle aussi glisser. Toujours selon nos sources, sa mise à l’eau, qui était prévue en septembre prochain, est repoussée à novembre.

Livrables en 2021 et 2022, les Alsace et Lorraine sont les septième et huitième unités du programme FREMM. Les six premières frégates françaises de cette série (Aquitaine, Provence, Languedoc, Auvergne, Bretagne et Normandie) ont été réceptionnées entre 2012 et 2019 par la Marine nationale, qui les a admises au service actif à partir de 2015. Les cinq premières le sont aujourd’hui, quant à la Normandie, qui a achevé en mars son déploiement de longue durée, son admission au service actif devrait être prochainement prononcée.

 

La Normandie (© MICHEL FLOCH)

La Normandie (© MICHEL FLOCH)

 

Les deux dernières FREMM sont une évolution de six premières, avec des capacités accrues en matière de défense aérienne ce qui leur permettra de remplacer les frégates Cassard (1988) et Jean Bart (1991), la première ayant été désarmée en 2019 et la seconde devant l’être en 2021.   

Du fait que l’Alsace constitue le premier exemplaire de cette nouvelle version, appelée FREMM DA, sa mise au point et ses essais seront plus longs. Ainsi, neuf mois étaient prévus entre sa première sortie en mer et sa livraison, contre seulement quatre pour la Normandie, réceptionnée en juillet 2019 par la flotte française. Naval Group compte néanmoins rattraper le « retard Covid » et ramener la période d'essais à sept mois afin de livrer comme prévu l'Alsace mi-2021. 

- Voir notre article détaillé sur les FREMM DA 

L’admission au service actif des Alsace et Lorraine est prévue l’année suivant leur livraison, c’est-à-dire en 2022 et 2023. Elles seront basées à Toulon et complèteront les frégates de défense aérienne Forbin et Chevalier Paul, opérationnelles depuis 2010 et 2011. L’arrivée en Méditerranée des FREMM DA permettra de transférer à Brest l’Auvergne, basée à Toulon depuis sa livraison et qui doit rejoindre en 2022 la pointe Bretagne, où sont stationnées les Aquitaine, Bretagne et Normandie. La composante méditerranéenne des FREMM sera donc constituée à cette échéance des Provence, Languedoc, Alsace et Lorraine.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Naval Group (ex-DCNS) Marine nationale