Croisières et Voyages
Et si l'obésité remettait en cause les normes de sécurité maritime ?

Actualité

Et si l'obésité remettait en cause les normes de sécurité maritime ?

Croisières et Voyages

Jusqu'ici, personne n’avait pris en compte les problèmes de surpoids dans le domaine de la sécurité nautique. Personne, jusqu'au naufrage de l’Ethan Allen, le 2 octobre, dans le lac George, au nord de l’état américain de New York. Ce petit navire de transport touristique a sombré avec 47 personnes à son bord. Parmi eux, 20 victimes sont à déplorer. Si une mauvaise manœuvre du commandant a été dans un premier temps évoqué, selon Radio Canada (*), les enquêteurs planchent aussi sur la thèse du surpoids pour expliquer le drame. Le Bureau national de la sécurité des transports (NTSB) a examiné un navire identique à celui ayant coulé. Dans le cadre de tests menés mercredi dernier, le bateau en question est devenu instable lorsqu'un poids équivalent à celui de 10 personnes a été placé sur l’un de ses bords. Selon l’organisme américain, ces tests démontrent que l'Ethan Allen n'était pas en mesure de supporter le poids des 47 personnes qui se trouvaient à bord au moment de la tragédie. La capacité maximale du navire a pourtant été respectée, puisqu'elle était de 48 passagers. Selon Radio Canada, les normes établies en matière de sécurité maritime portent sur « des personnes pesant en moyenne 150 livres, soit 68 kg. Les enquêteurs pensent que l’augmentation de l’obésité chez les Américains au cours des dernières années rend cette norme caduque et pourrait expliquer l’accident ». Des études pourraient être lancées prochainement au Canada pour analyser ce problème et, éventuellement, revoir la législation. Elles concerneraient les navires commerciaux et les bateaux de plaisance.

(*) Voir le site de RadioCanada