Croisières et Voyages
Etats-Unis : restriction des évacuations médicales sur les navires étrangers

Actualité

Etats-Unis : restriction des évacuations médicales sur les navires étrangers

Croisières et Voyages
Marine Marchande
Offshore

Alors que les ports américains se ferment pour les paquebots victimes d’une épidémie de Covid-19, les évacuations médicales en mer vont également être soumises à restrictions aux Etats-Unis. Le 7ème district de l’US Coast Guard, qui couvre les eaux situées au large de la Géorgie, de la Caroline du Sud, de la Floride et de Puerto Rico, a ainsi prévenu dans un message en date du 29 mars que les navires transportant plus de 50 personnes et qui ne battent pas pavillon américain devaient s’attendre à devoir traiter à bord des personnes souffrant de symptômes grippaux, y compris les cas graves. Pour eux, il risque de ne plus y avoir très bientôt d’évacuation possible. Clairement affiché, l’objectif est de ne pas saturer les capacités hospitalières américaines au moment où l’épidémie de coronavirus monte en puissance. Déjà, les hôpitaux de Miami n’accepteraient plus de patients symptomatiques issus d’évacuations en mer. Une situation qui devrait s’étendre rapidement dans d’autres territoires littoraux américains, avec une possible extension des restrictions relatives aux évacuations sanitaires sur les navires étrangers si le système hospitalier américain est débordé. C’est pourquoi les garde-côtes invitent les armateurs dont les bateaux seraient amenés à fréquenter les eaux américaines ou passer au large à renforcer en personnel et en matériel les moyens médicaux embarqués.

Pour le moment, des évacuations sont encore possibles. Les navires qui en font la demande dans la zone couverte par le 7ème district de l’USCG doivent contacter le Joint Rescue Coordination Center (JRCC) de Miami ou celui de San Juan. Ils seront mis en relation avec un médecin des garde-côtes qui déterminera les besoins médicaux et, avec l’accord du coordinateur du centre, peut permettre une évacuation à la condition que la disponibilité d’un accueil hospitalier à terre soit confirmée.

La restriction, pour le moment valable sur les navires transportant plus de 50 personnes, exclut normalement la plupart des navires de commerce, dont les équipages sont bien moins nombreux. Elle concerne surtout les navires à passagers et potentiellement quelques unités spécialisées de la Marine marchande. Premiers visés, les paquebots, qui sont d’ailleurs invités par l’USCG, s’ils ne se trouvent pas encore dans les eaux territoriales américaines, à demander d’abord de l’aide à l’Etat du pavillon, c’est-à-dire là où ils sont immatriculés. Sont nommément cités les Bahamas, dont le pavillon flotte sur de nombreux navires de croisière. Mais ce pays insulaire de la région s’est déjà illustré dans le mauvais sens du terme en refusant d’accueillir certains de ces navires, en particulier le Braemer de la compagnie Fred Osen, qui avait des cas de Covid-19 à son bord. C’était le 13 mars dernier, alors pourtant que l’épidémie était encore loin d’avoir atteint le niveau qu’on lui connait aujourd’hui. Cette problématique du refus des Etats du pavillon de recevoir les paquebots qui y sont immatriculés pourrait d’ailleurs inciter des armateurs à revoir leur politique en matière de pavillonnement, l’argument fiscal ayant largement prouvé ses limites.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

US Navy / USCG