Défense
Euronaval 2016 : « Un grand cru » en perspective selon Patrick Boissier

Actualité

Euronaval 2016 : « Un grand cru » en perspective selon Patrick Boissier

Défense

Rendez-vous incontournable du secteur naval de défense, dont Mer et Marine est désormais partenaire depuis 10 ans, Euronaval se déroulera du 17 au 21 octobre au parc des expositions de Paris Le Bourget. Et pour sa 25ème édition, le plus grand salon du monde spécialisé dans la sécurité maritime et les flottes de combat devrait battre un nouveau record : « Nous avons accueilli, en 2014, 355 exposants venant de 28 pays. La tendance est aujourd’hui supérieure d’environ 5% et nous aurons au moins 30 pays représentés, avec la venue, pour la première fois, d’exposants japonais et marocains. Il aura une dizaine de pavillons internationaux, dont un nouveau, celui du Danemark », explique Patrick Boissier. Pour le président d’Euronaval, l’édition 2016 s’annonce comme « un grand cru ».

 

Jean-Yves Le Drian et Patrick Boissier à Euronaval 2014 (© : THIERRY NECTOUX)

Jean-Yves Le Drian et Patrick Boissier à Euronaval 2014 (© : THIERRY NECTOUX)

 

Un contexte international favorable

Il faut dire que si la construction navale se porte globalement mal actuellement, le segment des navires militaires ne connait pas la crise. Entre le développement de multiples menaces, les crises régionales et les conflits territoriaux, liés notamment aux convoitises autour des richesses marines, de nombreux pays musclent leurs marines. « La conjoncture internationale est plutôt porteuse et elle le restera durablement. Il y a un vrai mouvement vers la mer et un besoin réel, avec des pays qui se dotent de marines pour défendre leurs côtes et leurs zones économiques exclusives, d’autres qui s'équipent d’une flotte hauturière avec d’importantes capacités de projection. Et on assiste aussi à une prolifération des sous-marins ».

Un marché de 30 à 40 milliards de dollars par an

A l’échelle mondiale, le naval militaire représente désormais un chiffre d’affaires annuel oscillant entre 30 et 40 milliards de dollars. Le marché américain, stable, est toujours leader, avec 12 à 15 milliards par an. Suit le Moyen-Orient et l’Asie du sud-est, en hausse, avec 12 milliards, l’Europe, avec une tendance plutôt baissière (8-10 milliards) et enfin le bloc Chine/Russie, en plein essor, qui a lui seul représente 8 milliards d’investissements par an.

L’export se développe, la concurrence aussi

Alors que certains marchés restent cadenassés, l’export ne cesse de se développer. De la zone Asie-Pacifique à l’Afrique en passant par le continent américain et le Moyen-Orient, les perspectives de commandes sont très importantes, des grands bâtiments de combat fortement armés aux petites vedettes rapides, en passant par toute la palette des capacités navales et des moyens de surveillance maritime. Or, dans le même temps, la concurrence se renforce. « L’export était autrefois l’apanage des industriels européens. Ce n’est plus le cas. Si les Etats-Unis n’exportent toujours pas, la Chine et la Corée du sud sont très actives et prennent une part significative. On voit aussi émerger d’autres acteurs, comme la Turquie ou encore le Japon. ce dernier ne vendait pas de matériel militaire depuis la seconde guerre mondiale mais cette doctrine évolue, comme on a pu le voir avec la compétition autour des sous-marins australiens ».

Un rendez-vous apprécié pour sa spécialisation

Dans cette course globale à la militarisation des océans, les industriels internationaux fourbissent donc leurs armes et un salon comme Euronaval est un évènement parfait pour présenter aux clients potentiels de nouvelles gammes de bâtiments, d'équipements, d'aéronefs et autres drones, avec les dernières innovations technologiques et solutions proposées pour répondre aux besoins opérationnels. « La grande force d’Euronaval, qui est le plus grand salon au monde spécialisé dans le naval de défense, est justement sa spécialisation. Nous recevons à chaque édition une centaine de délégations étrangères et nous sommes sûrs que ces délégations sont composées de marins, ce qui rend le salon particulièrement efficace », souligne Patrick Boissier. 

- Plus d'informations sur le site d'Euronaval

 

Délégation étrangère sur le stand de DCNS en 2014 (© : THIERRY NECTOUX)

Délégation étrangère sur le stand de DCNS en 2014 (© : THIERRY NECTOUX)