Marine Marchande
Exercice d'évacuation sur le ferry Norman Voyager

Actualité

Exercice d'évacuation sur le ferry Norman Voyager

Marine Marchande

Le SAMU maritime a coordonné, cette semaine, un exercice d'évacuation de passagers au large du Havre. Il s'agissait de traiter quatre blessés suite à une explosion fictive dans les cuisines du ferry Norman Voyager, de LD Lines. Cette opération s'est déroulée alors que le navire était en exploitation et réalisait une traversée entre Portsmouth et Le Havre. Un coordinateur du SAMU a pris place dans l'hélicoptère Dragon 76 de la Sécurité civile, afin de coordonner l'action des différents acteurs, à commencer par les équipes médicales et les sauveteurs de la SNSM. Embarquées sur la vedette SNS 128 Charles Lemeur, quatre équipes médicales, composées chacune d'un urgentiste et d'un personnel paramédical, ont été transférées à bord du Norman Voyageur, à 15 nautiques à l'ouest d'Antifer. « Nous réalisons régulièrement des exercices afin de tester et améliorer les différentes procédures. Cette fois-ci, l'intérêt fut de mettre en place une coordination sur zone, de tester la faisabilité de mettre quatre équipes médicales à bord de la vedette, ou encore de travailler la technique de bord à bord pour transférer les équipes et les patients », explique Vincent Hebert, infirmier au SAMU du Havre et responsable de la cellule Médicalisation en milieu périlleux. Cette cellule, créée en 1989, fait partie du SMUR maritime du Havre, qui compte 80 personnes.

A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)
A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)

A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)
A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)

A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)
A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)

A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)
A bord du Norman Voyager (© : MER ET MARINE)

A bord du Norman Voyager, les blessés fictifs ont été concentrés dans un lieu transformé en poste médical avancé. Pris en charge, les patients ont ensuite été dispatchés, en fonction des pathologies et des moyens disponibles. Deux ont quitté le navire par hélitreuillage et deux autres par voie maritime, via la vedette de la SNSM. L'exercice a d'ailleurs été l'occasion de perfectionner la technique de transfert « bord à bord » mise au point par le SAMU et les sauveteurs en mer. Il fut aussi l'occasion de simuler la nécessité de rapatrier sur le ferry les équipes médicales suivant les patients embarqués sur la vedette. Une fois l'état des patients stabilisé, les urgentistes peuvent, en effet, être amenés à repartir sur le navire en difficulté avant même que la vedette transportant les blessés ne soit arrivée au port. Pour cela, un hélitreuillage des personnels médicaux serait réalisé durant le transit. « Dans ce genre de situation, il faut comprendre que l'action continue et que nous pouvons avoir besoin de rapatrier nos équipes sur zone afin de retrouver rapidement les effectifs médicaux nécessaires sur le navire assisté ».

SNSM | Toute l'actualité de la société nationale de sauvetage en mer