Disp POPIN non abonne!
Défense

Fil info

Exercice ORSEC maritime à Nouméa

Défense

Jeudi 18 septembre, les moyens de la base navale de Nouméa ont été largement mis à contribution lors de l’exercice majeur ORSEC maritime 2014. Il avait pour but de tester les capacités de réaction des FANC (Forces Armées de Nouvelle-Calédonie) et autres parties prenantes à l’exercice face à un incident maritime majeur, engendrant des blessés et une pollution maritime importante.

 

Ce jeudi matin, le pétrolier « ISAN » talonne dans la grande rade de Nouméa alors qu’il est en transit pour ravitailler la SLN, industriel minier local. Rapidement, le MRCC Nouméa est alerté par le navire qui signale une brèche dans la coque au niveau d’une soute de fioul lourd, et déplore un blessé grave. Devant la gravité potentielle de l’accident, le niveau 3 du dispositif ORSEC est déclenché.

 

La sécurité civile étant une compétence de la Nouvelle-Calédonie depuis le 1er janvier 2014, c’est la Présidente du Gouvernement qui prend la direction des opérations de secours, avec le CZM comme conseiller.

 

A la demande du MRCC, un hélicoptère de la SAG (section aérienne de gendarmerie) récupère le blessé à bord de l’ « ISAN » et, lors d’une seconde manœuvre, treuille l’EEI (équipe d’évaluation et d’intervention) sur le pétrolier. Le blessé ayant été évacué, l’EEI évalue le risque lié à la fuite d’hydrocarbures et fait part de la situation à l’EGI (équipe de gestion de l’intervention) située au sein du Centre de Traitement des Crises Maritimes du quartier Alleyron. La décision est prise : un barrage flottant doit être déployé autour de la nappe de fioul pour en assurer le confinement et le traitement, et la brèche doit être colmatée. La cellule antipollution de la base navale de Nouméa, préalablement alertée, se rend sur zone avec ses moyens (chaland de débarquement, pousseur, semi-rigides) et est accompagnée de la gendarmerie maritime. Le barrage est déployé et l’écrémeur – machine permettant de récupérer la pollution à la surface de l’eau – fonctionne à plein régime pendant que des plongeurs de la base navale parviennent à colmater la brèche. L’ « ISAN » est par la suite remorqué au quai de la SLN, où une seconde série d’incidents teste les aptitudes d’intervention de la sécurité civile et de la SLN à terre.

 

Les FANC, grâce aux capacités de lutte anti-pollution de la marine nationale, ont tenu un rôle de premier ordre dans cet exercice ORSEC, en mobilisant rapidement des moyens matériels et du personnel spécialisé, et surtout en coordonnant avec succès les actions de différents intervenants.

 

Source : Marine nationale 

Photos : Aurélie Pugnet

 

 

 

Marine nationale Sauvetage et services maritimes