Défense
F-35B : Deux ans pour convaincre

Actualité

F-35B : Deux ans pour convaincre

Défense

Deux ans. C'est le temps que le gouvernement américain laisse aux industriels pour fiabiliser la version à décollage court et appontage vertical du Joint Strike Fighter (JSF). Destiné à équiper l'US Marine Corps et un certain nombre de marines alliées, le F-35B connait des problèmes techniques, des retards et d'importants dépassements de coûts. « Deux variantes du JSF, celle destinée à l'armée de l'Air et celle destinée aux porte-avions (version catapultée, ndlr) avancent de manière satisfaisante. Mais les tests de la version à décollage court du Marine Corps rencontrent des problèmes significatifs », a reconnu Robert Gates. Le secrétaire américain à la Défense a indiqué que le gouvernement avait décidé d'une période « probatoire » de deux ans pour fiabiliser le F-35B, y compris si besoin en revoyant la structure et la motorisation de l'avion. L'appareil est donc véritablement en sursis, Robert Gates ayant clairement indiqué que si des progrès significatifs n'étaient pas constatés d'ici 2013, il faudrait s'attendre à un abandon de la version STOLV (Short Take Off Vertical Landing) du JSF : « Si nous ne parvenons pas à figer cette variante pendant cette période et la remettre sur les rails en termes de performances, de coûts et de calendrier, je pense qu'elle devra être annulée ».

F-35B  (© : LOCKHEED-MARTIN)
F-35B (© : LOCKHEED-MARTIN)

F-35B  (© : LOCKHEED-MARTIN)
F-35B (© : LOCKHEED-MARTIN)

Cible réduite

C'est en mars 2010 que la version STOLV du JSF a réalisé son premier atterrissage vertical. Développé par un consortium industriel emmené par le groupe américain Lockheed-Martin, le F-35B devait entrer en service en 2012 au sein de l'USMC, afin de remplacer les 150 AV-8 B Harrier embarqués sur les porte-hélicoptères d'assaut de l'US Navy. Ce type d'avions était également prévu pour les nouveaux porte-avions britanniques mais, fin 2010, Londres a décidé de ne conserver que l'un des deux bâtiments et de l'équiper de catapultes, de manière à mettre en oeuvre la version catapultée du JSF (F-35C). Ce retrait britannique pose évidemment des problèmes de partage de coûts et de réductions de commandes, susceptibles d'impacter la facture finale. Quant aux Etats-Unis, la cible initiale de 450 F-35B pour le Marine Corps pourrait, selon certaines sources, être réduite à 325 appareils.

F-35 B  (© : LOCKHEED-MARTIN)
F-35 B (© : LOCKHEED-MARTIN)

F-35B  (© : LOCKHEED-MARTIN)
F-35B (© : LOCKHEED-MARTIN)

Epée de Damoclès sur plusieurs marines

Une éventuelle annulation de cette variante aurait des conséquences industrielles et sociales pour les constructeurs et sous-traitants. D'un point de vue opérationnel, elle ferait reposer sur les seuls porte-avions de l'US Navy la capacité de déployer des avions de combat, réduisant significativement le potentiel aérien de la flotte américaine. Enfin, elle poserait un grave problème pour certaines marines alliées, qui comptent sur la version STOVL du JSF pour remplacer les Harrier actuellement embarqués sur leurs porte-aéronefs. C'est le cas de l'Italie, qui souhaite acquérir 22 F-35B pour équiper le Cavour à partir de 2015. L'Armada espagnole prévoit, quant à elle, de renouveler son parc d'avions à l'horizon 2020. Or, sans le F-35 B, les flottes espagnole et italienne perdraient, tout simplement, leur aviation embarquée, faute pour le moment d'une solution de remplacement. Quant à l'Australie, qui a commandé deux bâtiments dérivés du BPE Juan Carlos I espagnol, elle ne pourrait pas, comme envisagé, recouvrer une capacité perdue en 1982 avec le désarmement du porte-avions HMAS Melbourne.

F-35C  (© : LOCKHEED-MARTIN)
F-35C (© : LOCKHEED-MARTIN)

230 F-35C pour les porte-avions américains

Heureusement pour Lockheed-Martin et ses partenaires, la situation est meilleure pour les deux autres versions du JSF, même si le calendrier a encore glissé l'an dernier. Les F-35A de l'US Air Force et les F-35C de l'US Navy devraient entrer en service à partir de 2016. Les essais se poursuivent notamment sur le F-35C, dont le premier prototype a réalisé son vol inaugural en juin 2010. Cette variante, pour la mise en oeuvre sur porte-avions, se distingue par un train avant renforcé, une crosse d'appontage et des ailes repliables. En tout, 230 F-35 C doivent être livrés à la marine américaine, ce qui permettra de remplacer les F/A-18 A/D Hornet et compléter le parc de F/A-18 E/F Super Hornet.
Pour mémoire, le JSF, bien qu'il soit étroitement contrôlé par les Etats-Unis, est un programme international. Il implique 900 entreprises dans 43 pays. En dehors des USA, les principaux partenaires du programme sont le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas, le Canada, la Turquie, l'Australie, la Norvège et le Danemark.

F-35B  (© : LOCKHEED-MARTIN)
F-35B (© : LOCKHEED-MARTIN)

F-35A  (© : LOCKHEED-MARTIN)
F-35A (© : LOCKHEED-MARTIN)

US Navy / USCG