Défense

Actualité

Face à face naval sino-japonais en mer de Chine

La marine chinoise a renforcé ses moyens autour des îles Senkaku/Diaoyu, dont Pékin et Tokyo se disputent la souveraineté. Selon les garde-côtes japonais, pas moins de 11 bâtiments chinois sont progressivement arrivés au large de l’archipel, où des forces maritimes nippones sont également présentes pour assurer la protection du territoire. Ce face à face en mer de Chine n’impliquerait, pour le moment, que de petites unités, essentiellement des patrouilleurs. Mais des moyens plus importants pourraient être déployés si la crise continue de s’amplifier. Le ministre chinois de la Défense a prévenu que la Chine se réservait le droit de « prendre des mesures supplémentaires », tout en souhaitant une solution « pacifique et négociée » au conflit.

Les manifestations antijaponaises se poursuivent

Pour mémoire, le différent territorial concernant les îles Senkaku (nom japonais) ou Diaoyu (nom chinois), également revendiquées par Taïwan, a pour toile de fond l’accès à d’importantes réserves pétrolières et gazières autour de ces îles. Il s’est transformé en crise la semaine dernière suite à la décision du gouvernement de Tokyo d’acheter l’archipel à son propriétaire privé (un Japonais). Cet acte a provoqué la colère des autorités chinoises et donné lieu à d’importantes manifestations antijaponaises en Chine, se traduisant notamment par l’attaque de commerces, concessions automobiles et usines d’entrepreneurs ou groupes nippons présents dans le pays. Hier, de nouveaux rassemblements étaient organisés pour réclamer la destitution des îles, manifestations très politiques s’appuyant au passage sur les évènements historiques marquant l’antagonisme entre les deux pays. C’est en effet aujourd’hui qu’est commémoré le 81ème anniversaire du début de l’invasion japonaise de la Manchourie.

Asie Chine, Asie du sud-est