Défense
Faute d'argent, la Grande-Bretagne retarde la réalisation de ses nouveaux porte-avions

Actualité

Faute d'argent, la Grande-Bretagne retarde la réalisation de ses nouveaux porte-avions

Défense

Déjà repoussée à 2014, la livraison du HMS Queen Elizabeth, premier des deux porte-avions britanniques du programme CVF, n'interviendra pas avant 2015, si ce n'est 2016. Le secrétaire à la défense, John Hutton, a indiqué que, face aux difficultés financières liées à la crise, le gouvernement avait décidé de retarder la construction des deux bâtiments, dont le coût est estimé à 5 milliards d'euros. Notifié l'été dernier, le contrat prévoit la réalisation de deux bateaux jumeaux, capables de mettre en oeuvre 36 avions à décollage court et appontage vertical F-35 B. Toutefois, ces appareils, développés au sein d'une coopération internationale emmenée par les Etats-Unis, sont également en retard. Au point que de l'autre côté de la Manche, on s'interroge à nouveau sur l'opportunité de doter les Queen Elizabeth et Prince of Wales (prévu pour entrer en service deux ans après son aîné) d'avions catapultables.
Le programme CVF n'est pas le seul à être touché par les soubresauts de la crise sur le budget britannique de la Défense. John Hutton a d'ores et déjà annoncé que le nombre de nouveaux hélicoptères Future Lynx serait revu à la baisse. En tout, 70 machines étaient prévues, dont 30 pour la Royal Navy. De plus, la flotte anglaise devrait faire une croix sur le remplacement de certains de ses pétroliers ravitailleurs.

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques