Défense
Feu vert de la Commission européenne pour le rapprochement de DCN et Thales

Actualité

Feu vert de la Commission européenne pour le rapprochement de DCN et Thales

Défense

Avant dernier pas avant le rapprochement effectif deux groupes de défense français, l'aval de Bruxelles a été obtenu par les industriels français. La Commission européenne a estimé que l'entrée de Thales dans le capital de « n'entraverait pas de manière significative l'exercice d'une concurrence effective dans l'Espace économique européen ». Au cours de son enquête, Bruxelles a cherché, notamment, à savoir si la prise de participation de l'électronicien ne risquait pas d'entraver l'accès au marché d'autres fournisseurs : « L'analyse du marché a toutefois révélé qu'avant même la concentration, Thales vendait l'essentiel de ses produits à DCN. Cette concentration aurait donc des répercussions limitées. En outre, même après l'opération, il resterait un nombre suffisant de chantiers navals pour garantir des clients aux autres fournisseurs de matériel naval », note la commission.
A Paris, Jean-Marie Poimboeuf et Denis Ranque, les présidents des deux groupes, se sont félicité du feu vert européen : « Thales et DCN se réjouissent de l'avis favorable exprimé ce jour par la Commission Européenne ce qui nous permet d'envisager une finalisation de l'opération pour la fin mars 2007, sous réserve de l'avis favorable de la Commission des Participations et des Transferts de l'Etat Français ».

Réponse de la CPT attendue dans les prochains jours

Pour les syndicats de DCN, farouchement opposés au rapprochement (projet Convergence), la CPT reste le dernier rempart face à l'ouverture du capital de l'entreprise publique. Créée en 1986, cette structure du ministère des Finances est chargée de procéder au contrôle des entreprises privatisées tant pour l'évaluation des actifs transférés au secteur privé que pour la détermination des modalités de cession. Saisie le mois dernier sur le dossier DCN, la Commission des Participations et des Transferts a posé quelques questions complémentaires au groupe avant de se prononcer. Ses conclusions sont, normalement, attendues en fin de semaine ou en début de semaine prochaine. Si la réponse est positive, une assemblée générale des actionnaires de DCN sera convoquée dans les derniers jours de mars pour avaliser le projet. Suivant le planning fixé, Jean-Marie Poimboeuf et Denis Ranque devraient présenter très officiellement la nouvelle DCN le 2 avril. A l'issue de la consolidation des activités navales françaises, le groupe aura un chiffre d'affaires d'environ 3 milliards d'euros, un carnet de commandes proche de 10 milliards d'euros et des effectifs de l'ordre de 13 300 personnes. Thales détiendra 25% du capital de DCN, avec possibilité de porter sa participation à 35% dans les deux ans. Dans le même temps, l'ex-Direction des Constructions Navales aura absorbé les activités navales françaises de l'électronicien, hors équipement, ainsi que ses parts dans les sociétés Armaris (50%) et MOPA2 (35%). La première est chargée des programmes à l'export et en coopération, et la seconde du projet de second porte-avions.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense