Défense
Feu vert pour l'acquisition des nouveaux Advanced Hawkeye de la marine française

Actualité

Feu vert pour l'acquisition des nouveaux Advanced Hawkeye de la marine française

Défense

La Direction Générale de l’Armement a annoncé le 20 novembre le lancement du programme de renouvellement des avions de guet aérien embarqués sur le Charles de Gaulle, conformément aux prévisions. Le 4 novembre, la ministre des Armées, Florence Parly, a en effet approuvé en comité ministériel d’investissement l’acquisition de trois E-2D Advanced Hawkeye auprès des Etats-Unis. Pour mémoire, le Congrès avait autorisé en juillet la vente par Northrop-Grumman de ces trois appareils à la France. Une commande d’une valeur de 2 milliards de dollars, selon les Américains.

L’intention du ministère des Armées, sauf retards administratifs entre les deux pays en cette période complexe de changement de présidence aux USA, est de signer le contrat d’ici la fin de l’année, l’objectif étant désormais une livraison des avions entre 2028 et 2030. Ce qui permettrait d’embarquer les E-2D sur le Charles de Gaulle à l’issue de son troisième et dernier arrêt technique majeur, prévu sur cette période. Ces nouveaux appareils seront ensuite destinés à opérer sur le futur porte-avions français, qui doit assurer la relève de l’actuel à partir de 2038.

Les trois futurs E-2D français vont succéder nombre pour nombre aux trois E-2C Hawkeye de la flottille 4F basés à Lann-Bihoué, près de Lorient, quand ils ne sont pas sur le Charles de Gaulle. Livrés en 1998, 1999 et 2004 par Northrop-Grumman, ces avions radar embarqués ont été récemment modernisés afin de pouvoir poursuivre leurs missions jusqu’à l’arrivée de leurs successeurs.

Appelé « avion de guet aérien embarqué, de commandement et de contrôle » par la DGA, l’E-2D Avanced Hawkeye a commencé à intégrer en 2014 l’US Navy, où il remplace progressivement l’E-2C, dont la première version a été mise en service en 1964. « L’E-2D Advanced Hawkeye constitue un saut de génération par rapport au modèle E-2C Hawkeye. Son radar à antenne active, son cockpit et ses liaisons de données sont notamment améliorés et il peut également être ravitaillé en vol. Les trois aéronefs E-2D commandés pour la Marine nationale seront adaptés aux besoins français par l’intégration d’un calculateur spécifique, développé par le Service industriel de l’aéronautique (SIAé), qui sera le garant de la capacité d’évolution autonome du système. Les avions de guet aérien embarqué, de commandement et de contrôle garantissent la sûreté du groupe aéronaval auquel ils confèrent une capacité unique de détection et d’identification lointaine des menaces, de commandement et de contrôle des moyens aériens dans le cadre des opérations aéromaritimes et de projection de puissance en mer et vers la terre depuis le porte-avions. Ils sont un facteur déterminant pour l’interopérabilité de nos armées avec les forces américaines et celles de l’OTAN », rappelle la DGA.

- Voir notre article détaillé sur la modernisation et le remplacement des E-2C de l'aéronautique navale 

- Voir notre reportage sur les Hawkeye embarqués sur le Charles de Gaulle

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française