Défense
Feu vert pour les études des frégates australiennes de la classe Hunter

Actualité

Feu vert pour les études des frégates australiennes de la classe Hunter

Défense

Sélectionné en juin dans le cadre du programme SEA 5000, BAE Systems Australia va pouvoir avancer un peu plus sur le développement de la future classe de frégates australiennes nommée Hunter. L’industriel a en effet signé le 4 octobre avec l'Australie une convention de travail avancée - Advanced Work Arrangement (AWA) – qui va lui permettre de s'investir sur le design, l’ingénierie des prochains bâtiments de combat, mais aussi de mettre en place une installation de production et la main d’œuvre nécessaire pour le lancement de la phase de production en 2020. La signature définitive du contrat est prévue pour la fin de l'année 2018.

Pour mémoire, le programme SEA 5000 porte sur la construction de 9 nouvelles frégates destinées à remplacer les unités du type ANZAC de la Royal Australian Navy. C’est un contrat colossal estimé à 35 milliards de dollars australiens (24 milliards d’euros). L’offre de BAE Systems est basée sur le design de la Type 26 britannique, 149.9 mètres de long pour 20.8 mètres de large dont le déplacement atteindra près de 7000 tonnes en charge, qui a été commandée par la Royal Navy et dont la tête de série est en construction. Ce modèle a été préféré à ceux de Navantia et Fincantieri, qui proposaient respectivement des versions spéciales de la F-100 et de la FREMM.

 

Image de synthèse de la Type 26 qui sert de base à la classe Hunter (© BAE SYSTEMS)

Image de synthèse de la Type 26 qui sert de base à la classe Hunter (© BAE SYSTEMS)

 

Parmi les attentes de Canberra, il y a l’intégration d’un radar à antennes fixes australien CEAFAR 2. Les bâtiments disposeront également d’un système américain de défense aérienne de la famille Aegis, les États-Unis fournissant également les missiles surface-air (SM-2 et ESSM pour 32 cellules de lancement vertical) et antinavire. Plutôt dédiées à la lutte anti-sous-marine, les futures frégates australiennes seront dotées d'un sonar de coque S2150 et d'un sonar remorqué S2087 (Captas 4) de Thales, de torpilles MU90 et pourront embarquer deux hélicoptères Romeo gréés pour les missions ASM (sonar trempé, torpilles) ou une machine de ce type et un drone à voilure tournante. Le reste de l’armement comprendra une tourelle principale Mk45 de 127mm, deux canons télé-opérés de 30mm et deux systèmes multitubes Phalanx.

ASC doit devenir une filiale temporaire de BAE Systems

L’autre critère du marché était le lieu de production des frégates. C’est le chantier ASC Shipbuilding d’Osborne, référence en Australie pour les bâtiments de combat, qui doit se charger de fabrication des 9 unités. La construction de la première frégate doit débuter en 2020 en vue d’une livraison en 2027, la dernière de la série devant intégrer la flotte d’ici 2042. Dans le cas de ce marché, il a été décidé qu’ASC deviendrait une filiale de BAE Systems Australia. Toutefois, l’Etat conserva une part dans l’entreprise le temps de la phase de construction. Il est prévu qu’à terme il reprenne le contrôle total du chantier.

 

Marine australienne BAE SYSTEMS