Défense
Fin des missions de sauvetage en mer pour les hélicoptères de la Royal Navy

Actualité

Fin des missions de sauvetage en mer pour les hélicoptères de la Royal Navy

Défense

Après l’abandon progressif des remorqueurs de sauvetage qui étaient affrétés par les autorités britanniques, une nouvelle page d’histoire se tourne pour le secours en mer de l’autre côté de la Manche. 40 ans après son implantation sur la base anglaise de Culdrose, à partir de laquelle il a réalisé quelques 9000 interventions et sauvé 15.000 vies, l’escadron 771 de la Royal Navy, spécialisé dans le sauvetage maritime, vient de cesser ses opérations et va être dissous. Sa mission est désormais assurée par une société privée, Bristow Helicopters, qui travaille directement avec la Maritime and Coastguard Agency (MCA). Celle-ci disposait auparavant d’un corps aérien, qui oeuvrait avec la Royal Navy et a déjà été privatisé.

 

Passage de témoin entre le 771 et Bristow (© : ROYAL NAVY)

Passage de témoin entre le 771 et Bristow (© : ROYAL NAVY)

 

Contrat de service avec une société privée

Bristow Helicopters a signé en mars 2013 un contrat de 10 ans avec le ministère britannique des Transports pour des prestations de sauvetage et s’implante progressivement sur 10 nouvelles bases à travers le royaume. Les opérations ont débuté en avril 2015 à partir des aéroports d’Humberside et Inverness, en juillet à Caernarfon, en août Lydd et à St Athan en octobre. Deux nouvelles implantations voient le jour ce mois-ci sur les aéroports de Prestwick et Newquay. Ce dernier, situé au sud-ouest de l’Angleterre, vient de recevoir deux nouveaux hélicoptères Sikorski S-92. Ce sont eux qui succèdent aux vénérables Sea King Mk 5 de l’escadron 771, installé plus au sud, côté Manche.

 

S-92 (© : BRISTOW)

S-92 (© : BRISTOW)

 

Des anciens du 711 chez Bristow

Alors que le sauvetage en mer par hélicoptère nécessite de l’expérience et un savoir-faire très pointu, en particulier lorsque les conditions météo sont mauvaises, des échanges ont eu lieu entre les marins britanniques et les personnels de Bristow Helicopters. La société, qui ouvrira d’ici 2017 avec le service britannique de garde-côtes trois dernières bases à Lee-on-Solent, Stornoway et Sumburgh, a d’ailleurs embauché un certain nombre d’anciens équipages de la Royal Navy pour conserver les compétences et l’efficacité du service.

 

Les derniers Sea King du 711 Squadron (© : ROYAL NAVY)

Les derniers Sea King du 711 Squadron (© : ROYAL NAVY)

 

Une histoire qui remonte à la seconde guerre mondiale

Créé en mai 1939 à Lee-on-Solent, près de Portsmouth, l’escadron 771 est l'un des plus connus de la Fleet Air Arm. Il a fait ses débuts avec des avions torpilleurs Fairey Swordfish, embarqués sur les porte-avions britanniques et qui ont participé à différents combats pendant la seconde guerre mondiale, s’illustrant notamment par leur action décisive contre le cuirassé allemand Bismarck en mai 1941 (dont le gouvernail est détruit par une torpille de Swordfish, permettant à la Home Fleet de l'amiral Tovey de le rattraper et de le couler).  

 

Swordfish (© : ROYAL NAVY)

Swordfish (© : ROYAL NAVY)

 

Action pionnière dans les techniques SAR

En 1945, le 771 devient le premier escadron britannique à mettre en œuvre des hélicoptères, en l’occurrence les rustiques Sikorski R-4 Hoverfly. Dissoute en 1955, la formation fut réactivée en 1961 sur la base aéronavale de Portland pour assurer des missions de formation et d’entrainement sur hélicoptères. C’est là que l’escadron va commencer à développer des techniques de recherche et de sauvetage (SAR), dont le treuillage, le déploiement de plongeurs et le ravitaillement en vol. Il dispose alors d’hélicoptères Westland Whirlwind.

 

Wessex (© : ROYAL NAVY)

Wessex (© : ROYAL NAVY)

 

Des Wessex en 1967 et des Sea King 20 ans plus tard

En 1967, l’escadron, qui avait été brièvement absorbé par le 829 trois ans plus tôt, est reformé avec de nouveaux appareils, des Wessex. Il a alors une double mission : le sauvetage en mer et la lutte anti-sous-marine. En 1974, l’unité, qui ne gardera que sa fonction SAR (avec quelques intermèdes et compléments comme le transport de troupes pendant la guerre des Malouines en 1982 et l’entrainement à la lutte ASM au début des années 2000) s’installe définitivement à Culdrose. Le 771 reçoit ses Sea King en 1987.

 

200 opérations de sauvetage chaque année

Maintenant une alerte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, il était chargé des missions de secours en mer à longue distance quelque soient les conditions météo. Capable d’intervenir à 200 milles de sa base, l’escadron pouvait mettre en œuvre un hélicoptère en 15 minutes de jour et trois quart d’heures la nuit. Evacuations et assistances médicales aux pêcheurs, marins et passagers de navires, recherche et récupération de naufragés… l’escadron, aussi connu sous le nom d'« Ace of Clubs », d'où la présence d'un as de trèfle peint sur la carlingue de ses appareils, réalisait quelques 200 opérations de sauvetage chaque année. 

 

(© : ROYAL NAVY)

(© : ROYAL NAVY)

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques