Nautisme
Finale de la Coupe Louis Vuitton : Le doute s'installe chez les Italiens

Actualité

Finale de la Coupe Louis Vuitton : Le doute s'installe chez les Italiens

Nautisme

Certains chiffres peuvent faire mal, alors que la finale de la Louis Vuitton Cup a débuté vendredi entre Emirates Team New Zeland et Luna Rossa. L'équipe italienne s'est non seulement inclinée hier pour la troisième fois consécutive, mais elle encaisse de plus une défaite très sévère qui a de quoi inquiéter le camp italien. Une minute des trente-huit secondes de retard sur la ligne d'arrivée. Jamais depuis le début de la Louis Vuitton Cup, les hommes de Francesco de Angelis n'avaient été dominés de la sorte. Malgré un beau départ de James Spithill, l'équipage d'ITA 94 paraissait hier impuissant face à la machine néo-zélandaise, de mieux en mieux rodée.

MATCH 3 - Emirates Team New Zealand bat Luna Rossa Challenge

C'était le match à ne pas perdre pour les Italiens. Après une première rencontre très serrée vendredi, et une seconde déjà moins réussie samedi, Luna Rossa devait absolument marquer un point hier après-midi pour éviter de voir l'incertitude gagner du terrain. Le match avait pourtant bien commencé pour l'équipage transalpin. Dans le pré-départ, Spithill parvient à emmener son adversaire côté comité et à revenir plus vite sur la ligne. Il s'élance du côté gauche avec une longueur d'avance sur les Kiwis. Mais cette position s'avère rapidement défavorable puisque le bateau noir n'a aucun mal à doubler ITA 94 dès le premier bord. S'agit-il d'une erreur de l'équipe météo italienne - ce qui est peu probable - ou du choix du barreur australien qui craignait peut-être de revivre le même scénario qu'hier, en privilégiant l'option météo plutôt que le placement au départ ?

Quoiqu'il en soit, NLZ 92 s'impose très vite en maître du jeu, grâce à une meilleure vitesse et à un meilleur cap. Il faut dire que le Class America néo-zélandais est plus à l'aise que son homologue italien dans un vent inférieur à 10 noeuds. A la première marque, les Kiwis ont déjà 40 secondes d'avance. Le reste du match tourne à la punition pour les hommes de Luna Rossa qui assistent impuissants à la suprématie néo-zélandaise. Ils résistent un moment en maintenant l'écart à 55 secondes à la dernière marque, mais dans le dernier portant, les guerriers kiwis enfoncent un peu plus le couteau dans la plaie, avec plus de 400 mètres d'avance à l'approche de la ligne d'arrivée.
La pilule est dure à avaler pour les Italiens. Il y a quelques jours, tout le monde s'attendait à des finales très disputées, mais match après match les deltas ne cessent d'augmenter aux passages de bouées et l'équipe d'Emirates Team New Zealand paraît de plus en plus sûre d'elle.

Aujourd'hui, les deux finalistes se reposent. L'occasion pour les Italiens de se remettre de leurs émotions et de tenter éventuellement des modifications de dernière minute pour revenir dans le jeu. Outre les performances du bateau, l'équipe de Luna Rossa connaît les points à améliorer. « Ces trois derniers jours, Emirates Team New Zealand a été meilleur que nous dans sa manière de prendre les départs et dans son aptitude à bénéficier de la première bascule de vent. C'est dans ces secteurs qu'il faut progresser », déclarait hier Ben Durham de la cellule arrière italienne. Une journée suffira t'elle ?
___________________________________________

- Retrouvez la course sur AmericasCup.com

America's Cup