Construction Navale
Fincantieri : Giuseppe Bono devrait être reconduit

Actualité

Fincantieri : Giuseppe Bono devrait être reconduit

Construction Navale

Le Conseil d’administration du groupe public italien voit son mandat de trois ans arriver à échéance et sera renouvelé dans les prochains jours. A la barre de Fincantieri depuis avril 2002, Giuseppe Bono, fort de ses nombreux succès ces dernières années, devrait être une nouvelle fois reconduit.

La décision va être prise par le ministre italien de l’Economie, Giovanni Tria, ainsi que la Cassa Depositi e Prestiti, actionnaire à 71% de Fincantieri via la société Fintecna. Puis une assemblée des actionnaires, prévue le 5 avril prochain, la validera formellement. Le nouveau conseil d’administration et son président seront en fonction de 2019 à 2021.

Croisé la semaine dernière à l’occasion de l’inauguration du Costa Venezia, Giuseppe Bono, qui fête ce mois-ci ses 75 ans, a semblé serein sur la question. Il faut dire qu’à l’occasion de la livraison du paquebot, le 28 février au chantier de Monfalcone, il a reçu le soutien public de Matteo Salvini qui, lors d’un discours à bord du nouveau navire de la compagnie Costa, a estimé en substance qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Certes, le ministre italien de l’Intérieur n’est pas en charge des nominations au sein de sociétés publiques comme Fincantieri. Mais, en sa qualité de sénateur et vice-président du Conseil italien, celui qui est considéré comme l’homme fort du gouvernement a pris l’habitude d’intervenir sur de nombreux sujets extérieurs à ceux relevant de son portefeuille. Et sa voix compte.

Matteo Salvini, ainsi que la maire de Monfalcone, qui appartient à la même formation politique (La Ligue, d’extrême droite), ont d’ailleurs profité de leurs interventions pour appeler Fincantieri à embaucher plus de personnel italien. Ils estiment en effet que le nombre d’étrangers travaillant dans les chantiers navals est bien trop élevé, en particulier à Monfalcone et Marghera, où se trouve notamment une très importante communauté de travailleurs venant du Bengladesh, dont certains sont là depuis des années. Le gouvernement et les collectivités locales entendent donc promouvoir l’emploi national et développer les filières de formation, bien que les métiers de la navale sont, en Italie, confrontés à un sérieux problème d’attractivité, en particulier auprès des jeunes et pour les spécialités ouvrières, que ce soit en termes de salaires ou de conditions de travail.

En dehors de cette demande politique, à laquelle Fincantieri a assuré vouloir répondre, le nouveau Conseil d’administration aura comme priorité de consolider les positions du groupe et de ses 20 chantiers à travers le monde. Il s’agira aussi de faire aboutir certains dossiers stratégiques. Parmi eux, la construction des premiers paquebots chinois en coopération avec CSSC ou encore la prise de contrôle des chantiers de Saint-Nazaire, qui doit être examinée à la demande de la France et de l’Allemagne par les autorités européennes de la concurrence. Enfin, Giuseppe Bono et le président de Naval Group Hervé Guillou, dont le mandat arrive à terme en mars 2020, poussent toujours le projet d’alliance franco-italienne dans le secteur militaire.

Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien