Défense
Fincantieri lance la construction de la partie avant du BRF Jacques Chevallier
ABONNÉS

Actualité

Fincantieri lance la construction de la partie avant du BRF Jacques Chevallier

Défense

Comme prévu, Fincantieri va réaliser la section avant des quatre futurs bâtiments ravitailleurs de forces (BRF) de la marine française, qui font l’objet d’une coopération franco-italienne placée sous bannière européenne via l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Cette dernière a pour mémoire notifié en janvier 2019 le contrat des BRF à un groupement comprenant les Chantiers de l’Atlantique (mandataire) et Naval Group. Le montant du marché, qui comprend également le maintien en condition opérationnelle des bateaux pendant six ans après leur livraison, s’élève à près de 1.7 milliard d’euros.

Une section de 90 mètres produite près de Naples

Un mois après les Chantiers de l’Atlantique, qui ont procédé le 18 mai à la découpe de la première tôle de la partie arrière du premier BRF, le chantier Fincantieri de Castellammare di Stabia, près de Naples, a débuté hier la construction de la partie avant du futur Jacques Chevalier, a appris Mer et Marine. Cette section mesurera selon nos informations environ 90 mètres de long pour 27 mètres de large et un poids aux alentours de 3700 tonnes. Elle comprendra les soutes à combustible ainsi que les ballasts du navire. Une fois réalisée, elle sera remorquée en 2021 à Saint-Nazaire, où elle sera assemblée à la partie arrière du Jacques Chevallier. Longue d’une centaine de mètres et produite dans l’estuaire de la Loire, cette partie arrière sera la plus densément équipée et regroupera les locaux opérationnels, techniques et d’habitation, la propulsion ou encore le hangar hélicoptère. 

 

Vue des futurs BRF français (© CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

Vue des futurs BRF français (© CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

 

Le gros de la charge de travail reste à Saint-Nazaire

Les Chantiers de l’Atlantique, en charge de la conception des BRF et sur les plans desquels travaille Fincantieri dans le cadre d’un marché en sous-traitance de production, procèderont à l’achèvement du bâtiment et ses essais. Ils travailleront également en collaboration avec Naval Group qui interviendra sur la partie système de combat/senseurs/armement.

La livraison à la Marine nationale du Jacques Chevallier est prévue fin 2022.

Le même montage industriel prévaudra pour les trois autres BRF, les futurs Jacques Stosskopf, Emile Bertin et Gustave Zédé, qui seront respectivement achevés en 2025, 2027 et 2029. Concernant la partie dévolue à Fincantieri, la dernière section de coque produite en Italie devrait rejoindre la France en 2027.

Saint-Nazaire bénéficie de la majeure partie de la charge liée à ce programme, qui va représenter en tout pour le chantier nazairien quelques 9 millions d’heures de travail pour les quatre BRF.

 

Le Vulcano italien débutant ses essais en mer en décembre 2019 (© GIORGIO ARRA)

Le Vulcano italien débutant ses essais en mer en décembre 2019 (© GIORGIO ARRA)

 

Des bâtiments plus gros que leur cousin italien

Pour mémoire, les BRF ont été développés sur la base du nouveau ravitailleur de la marine italienne, le Vulcano, navire de 193 mètres de long pour 24 mètres de large et 27.000 tonnes de déplacement en charge qui doit être livré cette année par Fincantieri à la Marina militare. Un bâtiment qui a lui aussi été réalisé en deux sections par deux chantiers différents du constructeur italien. Castellammare di Stabia avait produit la partie avant du Vulcano, en l’occurrence une section 4100 tonnes longue de 94 mètres pour 24 de large et 16 de haut. Elle avait été lancée par le site napolitain en avril 2017. Pendant ce temps, le chantier de Riva Trigoso avait construit la partie arrière du bâtiment, qui a rejoint ensuite un troisième site de Fincantieri, celui de Muggiano, où elle a été soudée à la partie arrière.

 

La partie avant du Vulcano au moment de sa mise à l'eau en 2017 (© MARINA MILITARE)

La partie avant du Vulcano au moment de sa mise à l'eau en 2017 (© MARINA MILITARE)

La partie arrière du Vulcano à Riva Trigoso en 2018 (© MARINA MILITARE)

La partie arrière du Vulcano à Riva Trigoso en 2018 (© MARINA MILITARE)

 

Les Italiens ont donc l’habitude de ces mécanos industriels, tout comme Saint-Nazaire d'ailleurs puisque le chantier français produit depuis plusieurs années des paquebots comprenant de grandes sections de coques réalisées en Pologne par Crist.

S’ils ont été développés sur la base du design du Vulcano, les BRF français ont cependant été largement modifiés et seront plus gros que leur cousin italien. Cela, afin de répondre aux besoins opérationnels spécifiques de la Marine nationale, en particulier pour ce qui concerne le soutien logistique du groupe aéronaval axé autour du porte-avions Charles de Gaulle.

Les BRF 3 et 4 seront allongés si le PANG n’est pas à propulsion nucléaire

Le Jacques Chevallier et le Jacques Stosskopf mesureront 194 mètres de long pour 27.6 mètres de large et afficheront un déplacement de 31.000 tonnes à pleine charge (environ 16.000 lège). Quant aux Emile Bertin et Gustave Zédé, ils auront le même gabarit si le projet de porte-avions de nouvelle génération (PANG) s’oriente vers une plateforme à propulsion nucléaire, comme c’est le cas pour le Charles de Gaulle. Mais s’il est finalement décidé de construire un ou deux porte-avions à propulsion conventionnelle, les troisième et quatrième BRF seront plus imposants afin d’emporter une quantité accrue de combustible. Ils seraient dans ce cas allongés d’une dizaine de mètres pour porter la capacité d’emport en gasoil de 13.000 à 16.000 m3.

- voir notre article détaillé sur les BRF

Les BRF sont appelés à succéder au pétrolier-ravitailleur Meuse, qui datait de 1980 et désarmé en 2015, ainsi qu’aux trois bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR) encore en service, le Var, la Marne et la Somme, navires de 157 mètres et 18.000 tonnes de déplacement à pleine charge respectivement mis en service en 1983, 1987 et 1990. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française