Construction Navale
Fincantieri n'a pu reprendre la totalité de Vard

Actualité

Fincantieri n'a pu reprendre la totalité de Vard

Construction Navale

Bien qu’ayant prolongé son offre publique d’achat, Fincantieri n’a pas pu acquérir la totalité des actions de Vard et s’est résolu hier à annoncer la clôture de l’OPA. Au terme de cette procédure, le groupe italien détient désormais 74.45% du capital de Vard, contre 55.63% auparavant. Au lancement de son offre, le 13 novembre, Fincantieri avait proposé 0.24 dollars singapouriens pour chacune des 523.528.732 actions qui ne lui appartenaient pas.

Initialement, le constructeur italien escomptait atteindre le seuil minimal de 90% afin de sortir Vard de la bourse de Singapour, où est cotée depuis 2010 l’ancienne division Offshore & Specialized Vessels du groupe norvégien Aker Yards, passé en 2008 sous la bannière du Sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding. En 2013, Fincantieri avait pris le contrôle de STX OSV en faisant l’acquisition de 50.75% des parts de l’entreprise, rebaptisée Vard.

Fort de 9000 employés, Vard a son siège en Norvège, où il dispose de cinq chantiers, ainsi que deux autres sites de construction en Roumanie, un au Brésil et un au Vietnam.

Fin 2016, son carnet de commandes atteignait 1.4 milliard d’euros pour un total de 41 navires (dont 35 adoptant un design Vard) destinés notamment aux secteurs de l’offshore, de la croisière et de la pêche.  

Vard | Toute l'actualité du constructeur naval Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien