Construction Navale
Fincantieri veut se développer aux Emirats Arabes Unis

Actualité

Fincantieri veut se développer aux Emirats Arabes Unis

Construction Navale

Après être parvenu à percer le marché américain, le groupe italien poursuit sa stratégie de développement multidomestique. Fincantieri souhaite renforcer significativement sa présence dans la région du Golfe, et plus particulièrement aux Emirats Arabes Unis, où les contrats d'armement sont nombreux. Fin octobre, Fincantieri a annoncé son implantation aux EAU grâce à la création d'une société commune avec Melara et Al Fattan Ship Industries. Baptisée Etihad Shipbuilding, cette société a pour but de développer et construire des navires militaires et civils, tout en assurant des prestations de maintenance et de refonte. ESB aura notamment en charge la réalisation de navires en transfert de technologie. Fincantieri a, en effet, signé plusieurs contrats avec les EAU comprenant la réalisation de têtes de série en Italie et des options pour la construction locale d'unités supplémentaires. Alors que la première corvette de la classe Abu Dhabi, version améliorée des Cigala Fulgosi de la marine italienne, est actuellement en construction à Riva Trigoso, la découpe de la première tôle du premier patrouilleur du type Falaj 2 est intervenue le 4 novembre à Muggiano, près de La Spezia. Après avoir livré (à partir de 2012) les deux premiers Falaj 2, Fincantieri espère doubler la mise avec deux unités supplémentaires réalisées aux Emirats Arabes Unis. «Plus que jamais, l'acquisition de contrats à l'étranger implique des constructions de navires localement. Nous devons équiper nos chantiers navals en juste proportion pour garantir la qualité et un délai de livraison réduit au client. La stratégie que nous poursuivons nous permet de construire les premières unités pour la marine des EAU en Italie et fournir le transfert technologique. Nous sommes particulièrement satisfaits par la création d'ESB car elle offre des développements potentiels intéressants sur les secteurs militaires et civils », explique Giuseppe Bono, directeur général de Fincantieri.

Fincantieri