Défense

Actualité

Focus : La marine indienne monte en gamme

Défense

Alignant près de 100 bâtiments de combat (plus de 183.000 tonnes) armés par 60.000 hommes, l’Inde dispose aujourd’hui de la septième flotte mondiale en tonnage et, dans les prochaines années, devrait gagner encore une place en devançant la marine française.

 

Avec la livraison par la Russie — avec près de 4 années de retard — du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Nerpa (type Akula), l’Inde a  fait en 2012 une nouvelle entrée remarquée dans le club très restreint des marines dotées de sous-marins nucléaires. Elle en avait momentanément fait partie entre 1988 et 1991 lorsque l’ex-URSS lui avait loué un SNA du type Charlie I rebaptisé Chakra, nom qu’a repris l’ex-Nerpa.

 

 

Le Chakra (© : MARINE INDIENNE)

 

L'Arihant (© : MARINE INDIENNE)

 

 

Un second bâtiment nucléaire, de construction indienne cette fois, devrait arriver prochainement. Il s’agit de l’Arihant, lancé en 2009. Ce SNA doté de missiles de croisière Sagarika est considéré par les Indiens comme un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), le Sagarika pouvant être doté d’une tête nucléaire mais sa modeste portée (750 km) est sans commune mesure avec celle des missiles balistiques américains, russes ou français. Un deuxième sous-marin du même type est en construction alors même que l’Arihant n’a pas encore commencé ses essais à la mer et que sa mise en service n’est pas attendue avant 2014. Alors que le dernier des 7 sous-marins du type Kilo modernisés en Russie a été livré en janvier 2013, et que ceux du type 209/1500 vont être à leur tour révovés, le programme de construction en transfert de technologie des 6 sous-marins du type Scorpène est bien engagé malgré un retard d’au moins 2 années sur les prévisions. L’admission au service du premier est prévue à l’été 2015. En revanche, le choix du modèle pour les 6 unités suivantes du type 75-1 n’est toujours pas arrêté.

 

 

 

Sous-marin indien du type Kilo (© : M. NITZ - COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

 

Sous-marin indien du type 209 (© : M. NITZ - COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

 

Sous-marin du type Scorpène (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Concernant la flotte de surface, la date de livraison du porte-avions Vikramaditya par les chantiers russes a été une énième fois reportée, cette fois à octobre 2013 en raison de problèmes de chaudières survenus pendant les essais à la mer au cours de l’été 2012, alors qu’initialement elle devait avoir lieu en décembre 2008. L’Inde doit commencer à se demander si elle a réellement fait une bonne opération en acceptant l’ex-Baku/Gorshkov russe, d’autant plus que le coût de sa refonte a plus que doublé. Il est vrai que les délais de construction ne sont pas mieux respectés dans les chantiers de Kochi car la mise en service du porte-avions de conception nationale Vikrant, mis sur cale en 2009, est désormais prévue au mieux pour 2018.Quant au second bâtiment de ce type, qui serait une version améliorée, sa mise en service est maintenant annoncée entre 2022 et 2027.  

 

 

Le porte-avions Vikramaditya (© : SEVMACH)

 

Vue du futur Vikrant (© : SEVMACH)

 

 

En attendant, l’Inde reçoit les avions Mig-29K prévus pour embarquer sur les nouveaux porte-avions. Les 16 appareils commandés en 2004 sont tous livrés et, sur les 29 autres commandés en 2010, 4 ont été livrés en décembre dernier et 7 autres sont prévus cette année. Dans le domaine de la patrouille maritime, le premier de 8 P-8I (dérivé du P-8A Poseidon américain) a été livré le 19 décembre 2012 et les deux suivants sont prévus en juin 2013.

 

Comme pour le Vikrant ou les sous-marins, les programmes de destroyers, frégates sont également marqués par des retards. C’est un problème récurrent rencontré dans la plupart des chantiers indiens, la construction navale s’y pratiquant toujours à l’ancienne. La livraison des nouveaux bâtiments en pâtit donc, telle celle des 3 premiers destroyers du type Kolkata qui va demander près de 10 années, ce qui a été le cas pour les 3 frégates du Shivalik. Ceci explique les commandes successives des frégates du type Talwar (Krivak III modifié)  aux chantiers russes de Kaliningrad qui respectent à peu près les dates prévisionnelles ; 5 sont maintenant en service ou livrées, une 6 e est en achèvement et 3 autres doivent être commandées. Les délais de construction seront en principe moins longs pour les corvettes du type Kamorta/P28 (la première n’est cependant toujours pas en service 6 ans après sa mise sur cale) et les patrouilleurs océaniques du type Saryu, dont la tête de série a été mise en service le 21 janvier 2013.

 

 

Destroyer du type Kolkata (© : DROITS RESERVES)

 

Frégate du type Shivalik (© : US NAVY)

 

Frégate du type Talwar (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Corvette du type Kamorta (© : DROITS RESERVES)

 

Patrouilleur du type Saryu (© : MARINE INDIENNE)

 

 

Malgré tout, la marine indienne dispose maintenant d’un bel ensemble de bâtiments de combat de surface (destroyers et frégates) et d’un nombre respectable de corvettes et patrouilleurs. Elle va maintenant faire porter ses efforts sur les bâtiments de guerre des mines et amphibies : 8 chasseurs de mines du type Yang Yang sud-coréen doivent être commandés et 4 transports de chalands de débarquement ou porte-hélicoptères d’assaut sont envisagés. La composante soutien a, quant à elle, été renforcée et modernisée avec la livraison en 2011 des 2 pétroliers-ravitailleurs Deepak et Shakti par les chantiers italiens Fincantieri.

 

 

Le pétrolier-ravitailleur Shakti (© : US NAVY)

 

 

 

Article de Bernard Prézelin, auteur de Flottes de Combat

 

 

 

Flottes de Combat, l'ouvrage de référence des forces navales (© : MARINES EDITIONS)

Marine indienne