Défense

Actualité

Focus : La marine japonaise à la 4ème place mondiale

Les conséquences du tsunami de mars 2011 et de l’accident nucléaire de Fukushima concomitant n’ont pas eu pour le moment d’impact sur les moyens budgétaires de la marine japonaise. Alignant 104 bâtiments de combat (308.000 tonnes) et plus de 45.000 hommes, elle conforte même sa position sur l’échiquier des marines mondiales en remplaçant la Royal Navy à la quatrième place en raison des sévères restrictions que vient de connaître cette dernière. Les forces sous-marines devraient gagner en importance car le Japon veut pouvoir faire face à l’augmentation rapide du nombre de sous-marins chinois et à la menace qu’ils représentent : le nombre de 18 unités, constant depuis de nombreuses années, devrait être porté à 22, voire 25 à plus long terme ; 4 grands sous-marins océaniques du type Soryu sont maintenant en service, 4 autres en construction et 3 autres prévus (le 9e a été commandé en 2013), ce qui permettra avec les 11 Oyashio d’atteindre ce chiffre de 22.

 

 

Sous-marin du type Soryu (© : SHIPS OF THE WORLD - COLLECTION FDC)

 

Sous-marin du type Oyashio (© : US NAVY)

 

 

Avec les 2 porte-hélicoptères du type Hyuga mis en service en 2009 et 2011 (et appelés officiellement destroyers porte-hélicoptères pour des raisons purement politiques) le Japon va pouvoir renouer avec les opérations aéronavales et ce sera encore plus vrai avec l’arrivée en 2015 et 2017 des 2 bâtiments du type 22DDH qui embarqueront 14 hélicoptères et qui seront avec leurs 24.000 t de déplacement et leur longueur de 248 m les plus grands bâtiments de guerre construits au Japon depuis la 2e guerre mondiale.

 

 

Porte-hélicoptères du type 22DDH (© : JSDF)

 

 

Le 1er des 4 grands destroyers polyvalents du type 19DD a été mis en service en 2012, le 2e le sera dès 2013 et les 2 autres ont été lancés en 2012. Ils seront suivis par une version anti-sous-marine dont la 1e unité a été inscrite au budget 2013. Les 4 destroyers lance-missiles du type Kongo ont tous reçu des missiles anti-missiles balistiques SM-3 en raison des menaces nord-coréennes, voire chinoises, et les 2 Atago plus récents vont en recevoir prochainement ; 2 autres bâtiments de ce type devraient être financés pour remplacer à terme les 2 Hatakaze encore équipés d’une simple rampe de lancement et de missiles SM-1 MR.

 

 

Destroyer du type 19DD (© : SHIPS OF THE WORLD - COLLECTION FDC)

 

Destroyer du type Kongo (© : US NAVY)

 

Destroyer du type Hatakaze (© : GUILLAUME RUEDA)

 

 

Il est à noter que pour la première de l’histoire de la Force maritime d’auto-défense japonaise, 2 destroyers du type Asagiri qui étaient devenus navires-écoles (ce qui est l’usage pour les destroyers japonais approchant de leur fin de carrière) ont recouvré leurs fonctions de bâtiment de combat en 2011 et 2012. Les bâtiments anti-mines ne semblent plus devoir être construits en grandes séries car les navires du type Hirashima ne sont que 3, la marine japonaise étant passée en 2012 au type Enoshima qui lui-même ne comptera que 3 unités puisque c’est un nouveau type de dragueur-chasseur de mines de 690 tonnes qui apparait  au budget 2013.

 

 

Destroyer du type Asagiri (© : JSDF)

 

Chasseur du type Hirashima (© : SHIPS OF THE WORLD - COLLECTION FDC)

 

Chasseur type Hirashima (© : SHIPS OF THE WORLD - COLLECTION FDC)

 

 

La composition des forces amphibies, comprenant notamment trois porte-hélicoptères d’assaut du type Osumi, demeure stable depuis 2008, si ce n’est la légère diminution du « parc amphibie » avec le désarmement d’un des 2 engins de débarquement du type Yura. Les autres bâtiments auxiliaires mis en service récemment sont un navire hydrographique (Shonan), un nouveau brise-glaces (Shirase) et un nouveau câblier (Muroto) qui tous remplacent des unités retirées du service dont ils ont souvent repris le nom.

 

 

Porte-hélicoptères d'assaut du type Osumi (© : US NAVY)

 

Le Shonan (© : SHIPS OF THE WORLD - COLLECTION FDC)

 

Le Shiraze  (© : SHIPS OF THE WORLD - COLLECTION FDC)

 

 

 

Article de Bernard Prézelin, auteur de Flottes de Combat

 

 

 

Flottes de Combat, l'ouvrage de référence des forces navales (© : MARINES EDITIONS)

Asie