Défense
Focus : La marine néerlandaise

Actualité

Focus : La marine néerlandaise

Défense

Comme plusieurs marines occidentales, la flotte néerlandaise se trouve confrontée à un manque de personnel. C'est pourquoi elle a dû se résoudre à mettre en réserve l'un de ses quatre sous-marins, le Bruinvis (type Walrus).

 Sous-marin du tupe Walrus (© : KONINKLIJKE MARINE)
Sous-marin du tupe Walrus (© : KONINKLIJKE MARINE)

En revanche tous ses bâtiments de surface sont armés, notamment les quatre destroyers lance-missiles du type LCF et NLF livrés par les chantiers Schelde, de Flessingue, entre 2002 et 2005. Affichant un déplacement de 6500 tonnes à pleine charge, ces unités de 144.2 mètres embarquent un système à lancement vertical VLS M41, soit 32 missiles SM-2 MR et 32 missiles ESSM RIM-162 B. Ces frégates vont recevoir à partir de 2009 des missiles SM-3 pour la défense anti-missile balistique (Le Tromp a participé l'an passé à des essais avec l'US Navy dans le Pacifique).

 La frégate De Ruyter (© : KONINKLIJKE MARINE)
La frégate De Ruyter (© : KONINKLIJKE MARINE)

En revanche, les LCF ne seront finalement pas équipés de missiles de croisière Tomahawk, contrairement à ce qui avait été envisagé. Les Pays-Bas ont renoncé en 2007 à l'acquisition de telles armes en raison de leur coût. Afin de compenser cette carence pour l'action vers la terre, leur artillerie de 127 mm pourrait recevoir des munitions à longue portée Vulcano. Le reste de l'armement est composé de 8 missiles antinavire Harpoon, 2 systèmes d'artillerie multitubes Goalkeeper, deux mitrailleuses de 12.7 mm et quatre tubes lance-torpilles. Les De Zeven Provincien, Tromp, De Ruyter et Evertsen embarquent en outre un hélicoptère. Les principaux radars (APAR et SMART-L), ainsi que le système de combat (SEWACO XI) sont fournis par Thales Nederland. La propulsion (CODOG), articulée autour de deux turbines à gaz Rolls-Royce (Spey) et deux moteurs diesels Werkspoor-Wärtsilä, développe 37 MW et permet aux navires d'atteindre 28 noeuds.

 La frégate Van Amstel (© : KONINKLIJKE MARINE)
La frégate Van Amstel (© : KONINKLIJKE MARINE)

En dehors de ces très beaux bâtiments, les Pays-Bas ne disposent plus que de deux frégates lance-missiles du type Karel Doorman. Deux ont été vendues en 2004 au Chili, deux autres en 2005 à la Belgique et deux également en 2006 au Portugal.

 le Johan de Witt (© : THALES NEDERLAND)
le Johan de Witt (© : THALES NEDERLAND)

Pour compenser ces retraits et soutenir l'activité des chantiers navals locaux, quatre corvettes du type OGPV ont été commandées en décembre 2007. Construits par Damen Schelde à Flessingue et Galati, en Roumanie, les Holland, Zeeland, Friesland et Groningen seront peu armés mais très marins et endurants. Leur livraison est prévue entre 2010 et 2012. Longs de 108 mètres (3750 tonnes), ils disposeront d'une tourelle de 76 mm, un canon de 27 mm, deux mitrailleuses de 12.7 mm et un hélicoptère. Leur propulsion diesel-électrique développera 10.8 MW et leur autonomie sera de 6000 nautiques à 12 noeuds. On notera que ces corvettes seront dotées d'une mâture intégrée développée par Thales et comprenant un radar de veille 3D à quatre faces planes SMILE d'une portée de 250 kilomètres et un radar de veille surface à quatre faces planes également, le Seastar, d'une portée de 40 kilomètres. Le mât comprend également un système de veille optronique Gatekeeper.

Chasseur de mines néerlandais (© : KONINKLIJKE MARINE)
Chasseur de mines néerlandais (© : KONINKLIJKE MARINE)

En matière de chasse aux mines, la modernisation des dix chasseurs du type Tripartite est en cours et ce jusqu'en 2009 pour leur permettre de naviguer jusqu'en 2020, comme cela a été fait également en France et en Belgique qui sont équipées du même type de bâtiment.

 le Johan de Witt (© : KONINKLIJKE MARINE)
le Johan de Witt (© : KONINKLIJKE MARINE)

Avec la mise en service en juillet 2007 de son deuxième transport de chalands de débarquement, le Johan de Witt, la Marine royale dispose maintenant d'une force amphibie digne de ce nom d'autant plus que le Johan de Witt dispose d'installations de commandement très développées le rendant apte à prendre la tête d'une force d'intervention multinationale. On notera que l'année 2008 a vu la mise en service du premier exemplaire de douze engins de débarquement (type LCA Mk3) d'une longueur de 16 mètres. Dérivés des LCVP Mk5 britanniques, ces petits chalands sont prévus pour embarquer à raison de quatre unités sur le Johan de Witt et trois unités sur le Rotterdam.

 Le Zuiderkruis (© : KONINKLIJKE MARINE)
Le Zuiderkruis (© : KONINKLIJKE MARINE)

La flotte néerlandaise a, par ailleurs, pris livraison en 2006 de son nouveau navire stationnaire pour les Antilles néerlandaises, le Pelikaan, qui a repris le nom de son prédécesseur mais qui a été conçu spécialement dès l'origine pour cette fonction. Elle doit maintenant entreprendre la construction d'un bâtiment multi-rôles qui remplacera en 2014 le pétrolier-ravitailleur Zuiderkruis. En plus de ses missions de ravitaillement à la mer des bâtiments de combat, il devra pouvoir embarquer du matériel roulant pour les interventions hors du territoire national.
_______________________________________________

Tour d'horizon réalisé avec le soutien de Bernard Prézelin, auteur de FLOTTES DE COMBAT 2008, où vous pouvez retrouver tous les navires et équipements de la marine néerlandaise.