Défense

Actualité

Focus : Les marines du Proche et du Moyen-Orient

Défense

La marine israélienne a réussi à obtenir l’accord de l’Allemagne pour un cofinancement en vue de la construction d’un 3e sous-marin du type Dolphin II, dont la 1e unité, le Tanin, a été lancée en 2012 et est toujours en achèvement. Le second sous-marin de ce type, le Rahav, est sorti de son hall de construction, à Kiel, début mars 2013. Avec ces deux bâtiments et leur sister-ship, Israël pourra disposer en 2015 d’une force sous-marine composée de 6 bâtiments, tous vraisemblablement équipés de missiles de croisière de conception nationale. Dans le domaine des unités de surface, bien que la marine israélienne ait enfin obtenu en 2012 un accord de principe pour la construction de 2 nouvelles corvettes lance-missiles, le type exact n’est pas encore défini. Il reste lié au coût prévisionnel qu’Israël souhaite le plus bas possible en recherchant là aussi un cofinancement allemand.

 

 

Le sous-marin Tanin (© M. NITZ - COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

 

 

La marine libanaise n’a pas connu d’évolution notable récemment. Un patrouilleur devait être livré en 2012, mais il ne l’est pas encore, en raison apparemment de problèmes de financement.

 

 

L’Arabie Saoudite n’a pas encore déterminé le type de nouveau bâtiment de défense aérienne qu’elle souhaite acquérir, hésitant entre le type FREMM français ou un type LCS américain avec système Aegis, voire le type Arleigh Burke. Elle devrait en attendant faire procéder à une nouvelle modernisation de ses frégates du type Madina. La marine saoudienne doit également commander des patrouilleurs rapides chez l’Allemand Lürssen.  

 

 

FREMM ER (© DCNS)

 

LCS doté du système Aegis (© LOCKHEED MARTIN)

 

Frégate du type Madina (© BERNARD PREZELIN)

 

 

La marine omanaise va se renforcer avec l’acquisition de 3 corvettes lance-missiles du type Al Shamikh (projet Khareef), dont la mise au point en Grande-Bretagne semble toutefois piétiner, et se moderniser avec la commande à un chantier singapourien en 2012 de 4 corvettes destinées à remplacer les 4 patrouilleurs lance-missiles du type Dhofar.

 

 

Corvette du type Al Shamikh (© BAE SYSTEMS)

 

 

La marine émiratie est assurément celle du golfe Arabo-persique qui se renforce le plus face à la menace iranienne. Outre la construction des 6 corvettes lance-missiles du type Baynunah, dont la mise au point semble également marquer le pas quant à l’intégration de leurs nombreux systèmes d’armes, elle a commandé en Italie la corvette Abu Dhabi et 2 patrouilleurs lance-missiles du type Falaj 2, avec dans les deux cas une option pour des unités supplémentaires. L’Abu Dhabi et le premier Falaj 2, le Ghantut, ont été livrés le 8 janvier dernier, le second patrouilleur, renommé Salalah (ex-Qarnen) devant l’être cette année. Les Emirats Arabes Unis ont, par ailleurs commandé une nouvelle série de 12 vedettes de transport de troupes du type Ghannatha, construites pour partie en Suède et pour l’autre localement. Enfin, deux bâtiments de débarquement de 80 mètres et 2300 tonnes, les Alquwaisat et Alputasi, ont été lancés en Malaisie le 17 octobre 2012.

 

 

La corvette Baynunah (© CMN)

 

La corvette Abu Dhabi (© FINCANTIERI)

 

Le patrouilleur Ghantut (© FINCANTIERI)

 

Transport du type Gannatha (© MARINE NATIONALE)

 

 

Le Qatar a, pour sa part, commandé 6 patrouilleurs de 45 mètres sur plans néerlandais Damen mais à construire localement pour des livraisons prévues d'ici 2015. Il aurait également commandé  en Turquie des intercepteurs rapides,  3 unités du type MRTP 16 et 3 autres du type MRTP 34 (contrat non confirmé).

 

Les forces navales de Bahreïn et du Koweït ne se sont pas enrichies de nouveaux navires, si ce n’est quelques engins de débarquement et des petites unités rapides. Ainsi, la marine koweitienne a passé commande, le 21 février, de 2 chalands de 64 mètres, un de 42 mètres et 5 de 15 mètres, qui seront réalisés à Abu Dhabi.  

 

La marine irakienne s’est reconstituée avec l’aide américaine (12 patrouilleurs rapides et 2 bâtiments de soutien) et italienne (4 patrouilleurs du type Saettia livrés entre 2008 et 2010). Les deux bâtiments de soutien du type Al Basrah ont été mis en service le 19 décembre 2012, alors que les chantiers américains ont livré le 17 février 2013 les 10ème et 11ème patrouilleurs rapides.

 

 

Patrouilleur irakien construit aux Etats-Unis (© US NAVY)

 

 

La marine iranienne, pour sa part, n’est pas avare de déclarations tonitruantes, comme par exemple sa capacité prochaine d’aller narguer les Etats-Unis jusqu’à proximité de leurs côtes ou de patrouiller en Arctique, aux seules fins de propagande. Mais la lutte contre la piraterie en océan Indien lui donne l’occasion de manifester sa présence, hors de ses eaux habituelles, dans ce vaste secteur où sont maintenant présentes la plupart des grandes marines mondiales, voire de faire des incursions en Méditerranée orientale pour soutenir l’allié syrien. Toutefois, les lacunes de ses chantiers navals ne lui permettent pas de mettre en application ses velléités.

 

 

Sous-marins de poche du type Qadir (© MARINE IRANIENNE)

 

 

Exception faite des sous-marins de poche du type Yono/Qadir (les 16ème et 17ème unités de ce type ont été mises en service le 28 novembre 2012) et des petites vedettes rapides qu’ils lui livrent en grand nombre, les chantiers iraniens ont bien du mal à construire des bâtiments océaniques, comme en témoigne la longue mise au point de la 1e frégate de conception nationale, la Jamaran, lancée en 2003 et mise en service seulement en 2010, d’autant plus qu’il s’agit d’une adaptation iranienne des 3 Vosper dont elle dispose depuis 40 ans. La seconde frégate de ce type, le Sahand, a été lancée le 28 novembre 2012. Les chantiers iraniens ont par ailleurs construit ces dernières années 5 patrouilleurs lance-missiles, très voisins des 10 unités du type Combattante II qu’elle a fait construire en France il y a 30 ans. Le cinquième a été lancé le 28 novembre dernier, et toujours à la même date, a également été mis à flot un aéroglisseur lance-missiles, le Tondar, inspiré des 6 Wellington britanniques livrés dans les années 70.

 

 

La frégate iranienne  Jamaran (© MARINE IRANIENNE)

 

Patrouilleur iranien du type Combattante II (© MARINE NATIONALE)

 

Aéroglisseur du type Wellington (© COLLECTION M. MAZUMDAR - FDC)

 

 

On notera enfin que l’Azerbaïdjan espère obtenir un sous-marin du type Kilo auprès de la Russie pour opérer en mer Caspienne.

 

 

 

Article de Bernard Prézelin, auteur de Flottes de Combat

 

 

 

Flottes de Combat, l'ouvrage de référence des forces navales (© : MARINES EDITIONS)