Défense

Actualité

Focus : marines australiennes et néo-zélandaises

Pour remplacer à terme ses 6 sous-marins de la classe Collins qui lui ont causé bien des soucis, la marine australienne consulte les constructeurs étrangers, essentiellement français, espagnol, allemand et japonais. Le type Soryu japonais semble tenter les Australiens car c’est le seul sous-marin réellement océanique existant sur le marché. Pour le moment, seuls 3 Collins peuvent être armés simultanément en raison de la défection importante ces derniers temps de personnels qualifiés, recrutés par les entreprises minières du pays en forte expansion. Cette pénurie touche maintenant également les bâtiments de surface, 2 des 8 frégates Anzac (Arunta et Stuart) ayant dû être placées en réserve en octobre 2012.

La réalisation des 3 destroyers lance-missiles de la classe Hobart (type F100 espagnol) a pris beaucoup de retard en raison d’erreurs techniques dès le début de construction du bâtiment tête de série, qui ne sera livré au mieux qu’en 2016. On notera que la commande d’un quatrième destroyer de ce type, que l’on pensait très peu probable, refait surface pour les raisons politico-industrielles, l’objectif étant de maintenir les compétences dans les chantiers navals australiens.

Alors que la modernisation des 4 frégates du type O.H. Perry est achevée, celle des Anzac a pu commencer, la mise à niveau du Perth étant d’ores et déjà terminée.

 

 

Destroyer du type Hobart (© : RAN)

 

Frégate australienne du type FFG7 (© : US NAVY)

 

La frégate HMAS Perth après modernisation (© : US NAVY)

 

 

Par ailleurs, le groupe espagnol Navantia a livré en octobre 2012 la coque du porte-hélicoptères d’assaut Canberra, peu de temps après le lancement au Ferrol de celle de son sister-ship, le futur Adelaide. Baptisé le 15 février 2013 après avoir reçu son îlot au chantier de Williamstown, près de Melbourne, le Canberra doit être mis en service en février 2014, la livraison de l’Adelaide étant prévue en janvier 2016. Ces bâtiments sont attendus avec impatience car la composante amphibie australienne a subi bien des vicissitudes ces derniers temps.

 

 

Vue des Canberra et Adelaide (© : TENIX)

 

 

La marine australienne a, en effet, été contrainte de désarmer de façon anticipée les 2 bâtiments de débarquement de chars (LST) du type Newport, très usés. Une solution pour les remplacer a été trouvée avec le transport de chalands de débarquement britannique Largs Bay, devenu disponible sur le marché en 2011 à la suite de la réduction de format imposée à la Royal Navy. Cette acquisition était censée constituer une excellente occasion, le Largs Bay (rebaptisé Choules) n’ayant que 4 années de service lors de son achat, mais il a subi une grave avarie de propulsion en juin 2012 et est immobilisé jusqu’en avril 2013. La marine australienne a, par conséquent, dû procéder à un autre achat imprévu, celui d’un navire de soutien de plates-formes pétrolières, l’Ocean Shield, pouvant être utilisé le cas échéant comme navire d’assistance en cas de catastrophe naturelle. L’Ocean Shield servira jusqu’à la mise en service des Canberra puis remplacera l’Ocean Protector, armé par les douanes. Enfin, 3 des 6 chalands de débarquement du type Balikpapan (Balikpapan, Wewak et Betano) ont été désarmés le 12 décembre 2012.

Dans le domaine du soutien logistique, on notera la mise à disposition par l’Espagne, pour une période de 9 mois, du pétrolier-ravitailleur Cantabria. Avec sans doute des arrières pensés commerciales dans le cadre du remplacement du Success, du type Durance français, qui date de 1986.

 

 

Le Choules (© : RAN)

 

Chaland de débarquement du type Balikpapan (© : RAN)

 

L'Ocean Shield (© : RAN)

 

Le Cantabria (© : NAVANTIA)

 

 

Concernant la Nouvelle-Zélande, elle dispose dorénavant d’une marine moderne avec la livraison des 2 patrouilleurs océaniques du type Otago, des 4 patrouilleurs côtiers du type Rotoiti et du transport de troupes Canterbury intervenue entre 2007 et 2010. Elle a en outre fait moderniser ses 2 frégates du type Anzac et va maintenant pouvoir envisager le remplacement de son pétrolier-ravitailleur, l'Endeavour.

 

 

Frégate néo-zélandaise du type Anzac (© : RAN)

 

Patrouileur du type Otago (© : M. PICHE - COLLECTION FLOTTES DE COMBAT)

 

Patrouilleur du type Rotoiti (© : RNZN)

 

Le Canterbury (© : US NAVY)

 

 

 

Article de Bernard Prézelin, auteur de Flottes de Combat

 

 

 

Flottes de Combat, l'ouvrage de référence des forces navales (© : MARINES EDITIONS)

 

Marine australienne