Energies Marines
Fortum et DCNS veulent développer en France l'énergie des vagues

Actualité

Fortum et DCNS veulent développer en France l'énergie des vagues

Energies Marines

Les groupes finlandais Fortum et français DCNS ont signé lundi une lettre d'intention portant sur le développement de l'énergie des vagues dans l'Hexagone. Les deux partenaires comptent lancer, d'ici la fin de l'année, une étude conjointe sur la faisabilité d'un projet de démonstration de production d'énergie des vagues en France. « Nous sommes convaincus que l'énergie des vagues va jouer un rôle important dans la prochaine génération de systèmes d'énergie renouvelable. Fortum a saisi cette excellente opportunité de tester cette technologie en coopération avec DCNS, ce qui va permettre à nos deux entreprises de tirer profit de leurs expertises complémentaires dans ce domaine », explique Matti Ruotsala, vice-président de Fortum. Fort de 10.500 salariés pour un chiffre d'affaires de 6.3 milliards d'euros l'an dernier, l'énergéticien finlandais, spécialisé dans les énergies non polluantes, est principalement présent dans les pays Nordiques, en Russie et dans les Pays Baltes. Depuis 2007, Fortum s'implique activement dans le développement technologies permettant de produire de l'énergie à partir des vagues. L'entreprise participe déjà à deux projets de recherche et développement afin de construire des centrales pilotes. La technologie des vagues de surface est à l'étude en Suède et la technologie des vagues de fond l'est au Portugal, où Fortum collabore avec sa compatriote AW-Energy. « WaveRoller », une technologie développée par AW-Energy, est actuellement considérée comme une opportunité qui pourrait être utilisée pour le projet développé en France par Fortum et DCNS.

Une énergie dense, prédictible et facile à implanter

DCNS, au sein de son incubateur brestois spécialisé dans les énergies marines, a développé un pôle de R&D consacré à l'énergie houlomotrice. Marc Boeuf, qui le dirige, détaille les nombreux avantages de l'énergie créée par les vagues. « D'abord, c'est une source d'énergie bien distribuée. Les machines peuvent être implantées dans de nombreux endroits, plutôt par petits fonds, donc à proximité de la côte. Les zones de prospection pour des futures implantations sont très vastes. Ensuite, cette énergie a une bonne densité, dans la mesure où la houle est très propagée. Et enfin, il est facile de prédire la fréquence, l'amplitude et l'intensité des vagues, ce qui est un remarquable outil d'optimisation de l'énergie ». Le projet Waveroller, qui est actuellement à l'étude, est un des nombreux concepts technologiques élaborés pour capter l'énergie de la houle. « Il y a actuellement une centaine de concepts et déjà une dizaine de prototypes », explique Marc Boeuf. « La technologie WaveRoller nous a séduit, notamment pour sa robustesse et sa fiabilité. » Le principe est simple. Il repose sur un battant, comparable à une porte, qui repose sur le fond de la mer. Le mouvement de va-et-vient que lui imprime la houle crée de l'énergie, récupérée par des engins hydrauliques pour être transformée en électricité.
« Nous sommes actuellement au tout début du processus. Nous étudions la technologie pour pouvoir développer un site d'essai sur la côte Atlantique de la France, où les conditions de houle sont les plus favorables. Nous avons identifié plusieurs zones où cette ferme d'essai pourrait être implantée. Ce projet se concrétisera sans doute aux alentours de 2015 ».

 La technologie Waveroller (© : FORTUM)
La technologie Waveroller (© : FORTUM)

 La technologie Waveroller (© : FORTUM)
La technologie Waveroller (© : FORTUM)

 Bernard Planchais et Matti Ruotsala (© : DCNS)
Bernard Planchais et Matti Ruotsala (© : DCNS)

Spécialiste de la conception et de la réalisation de bâtiments militaires, DCNS s'est engagé, ces dernières années, dans une vaste stratégie de diversification, visant à compenser la contraction du marché naval. Dans ce cadre, le groupe souhaite se développer sur le nucléaire civil et sur les énergies marines renouvelables. Ainsi, DCNS participe à plusieurs projets dans les domaines de l'éolien en mer, de l'énergie thermique des mer, de l'hydrolien et du houlomoteur. En matière d'énergie générée par la houle, un projet à La Réunion, baptisé CETO et développé avec EDF Energies Nouvelles, est déjà lancé. Mais cette technologie est différente de celle envisagée avec Fortum, ce qui pourrait permettre à DCNS d'ajouter une nouvelle corde à son arc. « Nous sommes très heureux de nous associer à un acteur majeur qui contribue à l'émergence de l'énergie des vagues. Celle-ci joue indéniablement un rôle important sur le marché des énergies marines renouvelables. DCNS possède toutes les compétences pour apporter des solutions industrielles appropriées à Fortum. DCNS est prêt et déterminé à jouer un rôle majeur sur ce marché en travaillant aux côtés de Fortum sur des projets précurseurs de déploiements industriels », affirme Bernard Planchais, directeur général délégué du groupe français.

Naval Group (ex-DCNS) Energies Marines Renouvelables