Vie Portuaire
Fos : Début des travaux préparatoires au raccordement des quais de la darse 2

Actualité

Fos : Début des travaux préparatoires au raccordement des quais de la darse 2

Vie Portuaire

Les travaux préparatoires au chantier de raccordement des terminaux Seayard et Eurofos, dans la darse 2 de Fos-sur-Mer, ont débuté. Il s’agit d’une campagne d’étude menée par le bureau d'études Geotec, qui établit une carte de résistance du sous-sol. A cet effet, une barge autoélévatrice a réalisé au mois de septembre des carottages jusqu’à des profondeurs d’environ 30 mètres. Les échantillons prélevés permettront de déterminer la véritable résistance du sous-sol, plus particulièrement dans la partie dure. Ces relevés sont essentiels pour déterminer la profondeur, le diamètre et l'espacement des pieux qui constitueront le socle du futur quai amené à relier les deux terminaux. 

 

(© : EMMANUEL BONICI)

(© : EMMANUEL BONICI)

 

La construction du nouveau quai devrait débuter en 2017 et durer près de deux ans. Ce chantier est très attendu par les deux opérateurs de terminaux conteneurs, qui misent sur ce raccordement pour accroître les capacités globales de la darse 2, sachant que PortSynergy exploite un linéaire de quai de 1500 mètres et Seayard 860 mètres, ce qui offrira un quai continu, à terme, de plus de 2600 mètres. Afin de préparer ces évolutions et l'accroissement de la taille des porte-conteneurs, les deux entreprises ont déjà investi dans des portiques de très grande capacité. La friche située entre les deux terminaux sert d’ailleurs actuellement de zone de montage pour les deux portiques Malaccamax d'Eurofos, qui vont bientôt être achevés, puis celui de Seayard dont l’assemblage devrait débuter dans les prochaines semaines.

La portion de quai qui reliera les deux terminaux verra passer ces géants de 40 mètres de haut et, comme il faut anticiper l’avenir, les opérateurs envisagent dans le futur de pouvoir disposer d’outillages encore plus grands et lourds. Or, les portiques sont installés sur des rails, eux-mêmes supportés par des longrines en béton, qui reposent sur les pieux s'enfonçant dans le sous-sol. D’où l’intérêt des études réalisées le mois dernier puisque de cette résistance dépend la charge maximale que pourra supporter le quai.

 

Les nouveaux portiques de PortSynergy le 5 octobre (© : EMMANUEL BONICI)

Les nouveaux portiques de PortSynergy le 5 octobre (© : EMMANUEL BONICI)

Port de Marseille