Vie Portuaire
Fos : Nouvelles livraisons pour le réacteur ITER

Actualité

Fos : Nouvelles livraisons pour le réacteur ITER

Vie Portuaire

En provenance du monde entier, les équipements du réacteur expérimental ITER, construit près de Cadarache, continuent d’arriver à Fos-sur-Mer. Mardi 8 mars, ce fut au tour du petit caboteur Fehn Mariner d’accoster dans la darse 3 du port français, au quai de Soresid, chargé de la manutention des colis ITER. Ce navire transportait deux énormes poutres de pont roulant, destinées au site d'assemblage du Tokamak du réacteur. Ces poutres ont été fabriquées et chargées à Aviles, en Espagne.

Avec 46 mètres de long, 4.31m de hauteur, 3.96 de large et 156 tonnes l'unité, ces poutres formeront un chemin de roulement au système de levage. Ce dernier comprendra deux ponts roulants de 700 tonnes, qui pourront être couplés pour soulever des charges allant jusqu’à environ 1250 tonnes.

 

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

 

Au lendemain de l’arrivée du Fehn Mariner à Fos, les opérations ont débuté, après que le Mistral, qui soufflait fort de puis 48 heures, se soit calmé. C'est la grue Demag CC1800 de 250 tonnes de capacité s’est chargée du débarquement des poutres sous une météo tout de même exécrable. L'équipe de dockers Sosersid effectue un travail remarquable sous une pluie battante et jusqu'a la nuit tombée. Pas une égratignure à la peinture.

 

 

Jeudi 10 au matin, embarquement de la première poutre sur le convoi roulant spécial, lui-même embarqué sur la barge dédiée (Sirocco avec le pousseur Audacieux) puis saisissage de l'ensemble, l'après-midi transfert jusqu'à Berre en passant par le canal de Caronte et ce sous haute escorte policière, aussi bien en mer qu'à terre. Pas moins de deux grosses vedettes de la gendarmerie maritime (la P793 et la G1241) et deux embarcations légères sont mobilisées pour escorter le convoi pendant sa navigation, le remorqueur Marseillais 6 suivant pour porter assistance en cas de problème.

 

 

Le convoi sur le canal de Caronte (© EMMANUEL BONICI)

Le convoi sur le canal de Caronte (© EMMANUEL BONICI)

 

 

A terre une compagnie de gendarme mobile assure la sécurité sur les deux rives et accompagne la progression du convoi, alors que des hommes en armes de la gendarmerie maritime sont à bord à l'avant de la barge Sirocco.

Cette semaine, c’est la seconde poutre qui ralliera par le même chemin Berre, avant d’être convoyée par la route jusqu’au site d’assemblage d’ITER. Un périple de 103 kilomètres réalisé en trois nuits et, lui-aussi, placé sous très haute surveillance. 

 

- Voir notre dossier sur la construction du réacteur ITER

 

Port de Marseille