Vie Portuaire
Seayard réorganise son linéaire de quai

Reportage

Seayard réorganise son linéaire de quai

Vie Portuaire

Entre le 23 et le 28 août, Seayard Terminal a procédé à la réorganisation de son linéaire de quai. La mise en service prochaine de son nouveau portique Malacamax, assemblé en arrière du quai, mais aussi la fin prévisionnelle des travaux de la rotule, nécessitaient un repositionnement des portiques à conteneurs présents sur le site, qui constitue l’un des deux terminaux conteneurs du port de Fos-sur-Mer.

Avec la mise en service de la rotule, prévue pour le printemps 2020, une lacune sera comblée, puisque les deux opérateurs que sont Portsynergy-Eurofos et Seayard Terminal pourront enfin mutualiser l’outillage de quai en fonction de leurs besoins respectifs.

 

Le terminal Seayard avant le transfert des portiques (© EMMANUEL BONICI)

Le terminal Seayard avant le transfert des portiques (© EMMANUEL BONICI)

Le chantier de la rotule, qui sépare Seayard et Eurofos (© EMMANUEL BONICI)

Le chantier de la rotule, qui sépare Seayard et Eurofos (© EMMANUEL BONICI)

 

La rotule, ce No man’s land de 250 mètres situé entre les deux terminaux conteneurs de la darse 2, interdisait jusque-là ce type d’opération puisqu’elle séparait physiquement les deux sites. Les travaux en cours de la jonction des quais sont déjà bien avancés à ce jour, ils vont réunir les deux terminaux conteneurs pour former un quai d’un seul tenant de 2.7 kilomètres de long.

Cette portion de quai (la partie centrale) est appelée à recevoir les plus gros porte-conteneurs escalant à Fos, ce qui nécessite l’utilisation de portiques adaptés, à savoir, soit des super post Panamax (jusqu’à 22 rangs de portée) ou des Malacamax (24 à 26 rangs de portée maximum).

Seayard disposait jusque-là de cinq portiques, trois post Panamax et deux super post Panamax, le but de cette réorganisation étant de positionner les plus gros portiques côté rotule dans le sud du terminal, ce qui n’était pas le cas auparavant. Pour ce faire, deux portiques post Panamax Reggiane, situés au sud, ont été déplacés pour être repositionnés côté nord.

Dans la foulée, le nouveau portique Malacamax Paceco est sorti de sa zone de chantier installée à 200 mètres en arrière du quai, pour rejoindre le bord à quai. Cette impressionnante opération, qui s’est déroulée du 23 au 28 aout, a été menée conjointement par les services techniques de Seayard et la société Sarens pour la partie manutention. C’est la solution du roulage sur remorques autopropulsées qui a été choisie.

 

Le nouveau Malacamax Paceco sur sa zone de chantier (© EMMANUEL BONICI)

Le nouveau Malacamax Paceco sur sa zone de chantier (© EMMANUEL BONICI)

Le nouveau Malacamax Paceco sur sa zone de chantier (© EMMANUEL BONICI)

Le nouveau Malacamax Paceco sur sa zone de chantier (© EMMANUEL BONICI)

 

Techniquement l’opération a consisté à placer deux énormes poutres métallique (30m de long pour 3m de haut, d’une masse d’environ 90T) en travers du jambage des portiques, en prenant appui sous leurs poutres basses, les trains de remorques peuvent ensuite se positionner dessous, puis soulever le portique avant de rouler vers la destination finale.

Il a fallu auparavant préparer le portique, le débrancher électriquement de son alimentation 20KV puis neutraliser la zone de transfert, un pavé de stockage au milieu du parc ayant au préalable été vidé de ses conteneurs pour servir de zone d’évitement et rendre possible le croisement des portiques.

 

Le P10 dans la zone d'évitement en arrière du quai lors des opérations de transfert qui ont précédé la mise en place du nouveau P3 Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

Le P10 dans la zone d'évitement en arrière du quai lors des opérations de transfert qui ont précédé la mise en place du nouveau P3 Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

Train de remorques Kamag (© EMMANUEL BONICI)

Train de remorques Kamag (© EMMANUEL BONICI)

 

 

Approche du quai du P3, le nouveau Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

Approche du quai du P3, le nouveau Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P3, le nouveau Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P3, le nouveau Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

 

 

Transfert du P3, le nouveau Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P3, le nouveau Malacamax (© EMMANUEL BONICI)

 

Cette méthode rapide et relativement simple n’en est pas moins très délicate. Elle repose sur l’utilisation de remorques autopropulsées Kamag, chaque module fait 8,40m de long pour 2,43m de large et comporte 6 lignes d’essieux, chaque ligne comporte quatre roues jumelées par paires et suspendue par l’intermédiaire d’un vérin hydraulique piloté, pouvant corriger des défauts de plus ou moins 30cm. Chaque ligne supporte 48 tonnes

Pour l’opération, quatre trains de remorques furent utilisés, chaque train étant formé de trois modules de six essieux chacun et couplés mécaniquement, soit 18  lignes d’essieux, les trains de remorques étaient couplés par deux et rendus solidaires par l’intermédiaire de tubes métalliques.

En tête de chaque train un module énergie alimente et gère le fonctionnement des 18 lignes d’essieux, un ordinateur maître contrôle l’ensemble des paramètres de stabilité, de niveau et de direction, afin que le fonctionnement de l’ensemble soit d’une cohérence absolue.

 

Train de remorques lors du transfert du P10 (© EMMANUEL BONICI)

Train de remorques lors du transfert du P10 (© EMMANUEL BONICI)

Croisement des portiques (© EMMANUEL BONICI)

Croisement des portiques (© EMMANUEL BONICI)

 

 

Transfert du P10 (© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P10 (© EMMANUEL BONICI)

 

 

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P11 (© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P11 (© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P11 (© EMMANUEL BONICI)

Transfert du P11 (© EMMANUEL BONICI)

 

 

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

 

Avec une charge de 1380 tonnes pour les Post Panamax, et environ 1750 t pour 130m de haut pour le portique Malacamax, il n’y a pas de place pour l’erreur, aussi minime soit-elle. Mercredi 28 août en milieu de journée, le Malacamax était sur ses rails, il va pouvoir subir toute une batterie de tests et d’essais, avant sa mise en service prévue courant d’octobre. Avec cet outillage supplémentaire Seayard dispose désormais de six portiques à conteneurs, trois post panamax Regianne  de 47m de portée pour 34m sous spreader, deux super post panamax Terex de 62m de portée et 44m sous spreader et un Malacamax Paceco de 67m de portée pour 50m sous spreader

Avec cette nouvelle configuration Seayard peux envisager l’avenir sereinement, tout comme Eurofos, puisque les nouvelles possibilités qu’offrira la mise en service de la rotule permettra aux deux opérateurs de répondre à tous les pics d’exploitation.

Un article d'Emmanuel Bonici

 

Port de Marseille