Marine Marchande
Fouquet-Sacop : Seul le Pauline sera pour le moment dépavillonné

Actualité

Fouquet-Sacop : Seul le Pauline sera pour le moment dépavillonné

Marine Marchande

Face aux inquiétudes syndicales concernant le passage de navires du pavillon français (RIF) au registre luxembourgeois, la direction de Fouquet-Sacop assure que seul le Pauline est pour le moment concerné. Le tanker abandonnera dans les deux mois qui viennent le pavillon tricolore. La CGT craint une mesure similaire pour les Taïs et Mila. « Le Taïs restera sous pavillon français au moins jusqu'en 2010. Ensuite, rien n'est encore décidé. Quant au Mila, il n'est pas question de le changer pour le moment, même si, dans l'absolu, on ne s'interdit pas de le faire », précise-t-on au siège de Fouquet-Sacop, à Marseille. Pour justifier sa décision de changer le port d'attache du Pauline, la direction évoque certains problèmes rencontrés avec le RIF. Adopté en 2005, le pavillon bis français a été vigoureusement combattu par les syndicats qui, après avoir tenté d'empêcher sa mise en place, l'ont fait déclarer pavillon de complaisance par l'ITF (Transport Workers' Federation).

Sea Tankers : Processus de fusion en cours avec Pétromarine

« Ce registre ne faisant pas partie de la liste des pavillons reconnus au niveau du cabotage international, nous avons des problèmes de mise en place dans certains pays et des soucis de contrôle », explique-t-on chez Fouquet, où il n'est toutefois pas question de dépavillonner massivement une flotte de 14 navires, qui en compte déjà un, le Vanessa, immatriculé au Luxembourg. Une partie de ces tankers, réalisée au moyen de GIE fiscaux, doit d'ailleurs impérativement rester sous pavillon national pendant une période de 8 ans. La direction ajoute que, quelque soit le scénario, il n'y aura pas de conséquences sociales : « Il n'y a pas de licenciement et aucune crainte à avoir. Dans tous les cas, les Français seront gardés, notamment parce que nous avons besoin d'un volant de navigants ».
Après avoir été reprise par le groupe norvégien Camillio Eitzen, Fouquet-Sacop a été rachetée en 2007 par Sea-Invest. Le logisticien belge a par ailleurs acquis, la même année, la compagnie bordelaise Pétromarine. Les deux sociétés, qui alignent une flotte de 29 tankers armés par près de 200 marins français (et des équipages africains et roumains), sont en cours de fusion. Une fois l'opération achevée, elles constitueront une entité unique : Sea Tankers. Bien que le processus de fusion ne soit pas encore terminé, les navires, notamment chez Fouquet-Sacop, commencent à être rebaptisés. Ainsi, le FS Pauline est devenu le ST Pauline.

Sea Tankers | Toute l'actualité de l'armateur bordelais