Energies Marines
France Energies Marines tient son assemblée générale constitutive

Actualité

France Energies Marines tient son assemblée générale constitutive

Energies Marines

L'assemblée générale consultative de l'Institut d'Excellence en Energies Décarbonées (IEED) France Energies Marines s'est déroulée hier à Brest. « La naissance de cet IEED à vocation internationale donne enfin à la France l'opportunité de devenir l'un des leaders mondiaux dans le domaine des énergies marines. France Energies Marines sera un formidable accélérateur pour la mise en place de cette filière d'avenir en réunissant en un même lieu des capacités extraordinaires en matière de recherche et développement ainsi que l'ensemble des moyens permettant la mise en oeuvre d'essais en mer et de tests de démonstration pré-industriels afin de permettre aux technologies de devenir mature », soulignent les régions Bretagne et Pays de la Loire, qui seront élues au Conseil d'administration de FEM. La Bretagne assurera la fonction de trésorier. L'Ecole Centrale de Nantes (qui sera secrétaire) et STX France seront également membres du conseil d'administration. La première présidence de FEM a été confiée à EDF EN, en la personne de Vincent Denby-Wilkes, alors Yann-Hervé De Roeck, de l'Ifremer, en sera le directeur général.
France Energies Marines, avec les 58 partenaires (dont 35 privés) que l'institut fédère, doit contribuer dès 2020 à l'industrialisation d'une palette de technologies sur l'éolien en mer, l'énergie des courants marins (hydrolien et marée-moteur), le houlomoteur ou encore l'énergie thermique des mers. Pour cela, il va travailler sur 15 thématiques de recherche technologique et socio-environnementale, et disposera de 5 sites d'essais en mer pour l'éolien flottant (2), le houlomoteur, l'hydrolien en mer et l'hydrolien estuarien.
FEM va regrouper 70 chercheurs, ingénieurs et techniciens sur trois sites (Brest, Nantes, Toulon). Son budget de 133.3 millions d'euros sur 10 ans bénéficie de 34.3 millions d'euros apportés par les investissements d'avenir, 38 millions d'euros par les collectivités territoriales, 61 millions d'euros par les partenaires privés et para‐publics.
On notera aussi qu'hier, l'assemblée générale a également acté le principe d'un travail en commun entre les équipes de France Energies Marines et du Nouvel Institut de Recherche Technologique Jules Verne, implanté à Nantes.

Energies Marines Renouvelables