Nautisme
François Gabart : Portrait d'un jeune homme pressé

Actualité

François Gabart : Portrait d'un jeune homme pressé

Nautisme

Avec sa gueule d'ange, ses yeux bleus (forcément) et sa crinière blonde, François Gabart a tout du gendre idéal. Une certaine douceur se dégage du personnage, mais sur le pont d'un bateau, il affiche une détermination sans faille. Le talent insolent exprimé au long de cette circumnavigation initiatique est servi par un mental en titane. 

 
Un premier de la classe bon camarade 
 
Ce tour du monde, c'était un rêve ancré en lui depuis longtemps. Alors qu'il venait de décrocher la barre du Figaro «Espoir Bretagne» en 2008, il exprimait déjà son désir de disputer le Vendée Globe. Non pour fanfaronner, mais parce que son attirance pour cette course était irrésistible.
«C'est un jeune homme pressé. Il est toujours dans le coup d'après. C'est sa forme d'esprit et sa force. J'ai vite compris qu'on ne pouvait pas l'arrêter. Alors, le mieux, c'était de l'aider à avancer», explique Michel Desjoyeaux, double vainqueur du Vendée, qui lui a apporté son expérience précieuse à travers la structure Mer Agitée.
Le Professeur l'avait embarqué sur «Foncia» dans la Barcelona Race, mais un démâtage n'avait pas permis au duo de s'aventurer dans les mers du Sud.
Au centre de Port-La-Forêt (Finistère), où le jeune Charentais est venu s'initier au large en solitaire, Christian Le Pape, qui lui a mis le pied à l'étrier en Figaro, évoque «la fraîcheur, l'enthousiasme et la