Construction Navale
François Lambert : «Il faut repenser le soutien à la R&D maritime»

Actualité

François Lambert : «Il faut repenser le soutien à la R&D maritime»

Construction Navale

Comment faire quand on est une petite entreprise maritime ou navale, qu’on a des projets de R&D et d’innovation et que l’on recherche des financements ? Surtout dans l’environnement particulièrement complexe des administrations et agences, où l’on peut rapidement se perdre dans les méandres des dossiers à constituer.

« C’est malheureusement parfois un peu darwinien. Les porteurs de projets en arrivent à passer plus de temps à répondre aux appels d’offres ou à monter leurs dossiers qu’à travailler sur l’innovation qui les a conduits à solliciter ces financements », déplore le délégué général du Groupement des Industries de Construction et Activités Navales (GICAN). François Lambert est bien décidé à en finir avec ces obstacles qui découragent les acteurs industriels. « Il faut provoquer une déflagration, repenser le mode d’organisation du soutien à la R&D maritime ».

Pour faciliter la vie des entrepreneurs, il veut voir la mise en place d’un guichet unique. Le porteur de projet a une idée d’innovation, de nouveau concept technique, de R&D : il vient se présenter devant un comité qui va être capable de comprendre la teneur de son dossier puis de l’instruire et le relayer auprès des sources pertinentes d’aide et de financement. « Nous voulons créer un point de rencontre, qui puisse travailler pour simplifier la vie des entreprises ».

Pour cela, François Lambert compte s’appuyer sur le futur CORIMER (Conseil d’orientation pour la recherche, l’innovation et pour la mer). Ce dernier va regrouper tous les partenaires de la nouvelle filière mer, c’est-à-dire le GICAN, le Syndicat des Energies Renouvelables, la Fédération des Industries Nautiques et Evolen, le groupement des entreprises pétrolières et parapétrolières. Le CORIMER devrait normalement voir le jour fin octobre. Et donc pouvoir examiner des projets dès les mois à venir.