Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Frégate norvégienne : le point sur l’accident

Défense

C’est un accident spectaculaire qui risque bien de sceller le sort de la frégate norvégienne Helge Ingstad. À 3 heures 55 du matin, le pétrolier Sola TS a quitté le terminal pétrolier de Sture, près de Bergen, en direction du nord. Il était alors suivi du remorqueur Tenax. Huit minutes plus tard, le tanker entrait en collision avec le bâtiment de combat norvégien qui faisait route inverse. À 4 heures 50, la Marine norvégienne commençait l’évacuation des 137 membres d’équipage se trouvant à bord de la frégate, devenue incontrôlable.

 

L'évacuation du navire s'est déroulée dans la nuit (© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

L'évacuation du navire s'est déroulée dans la nuit (© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

 

Heureusement, il n’y pas de victimes à déplorer pour les deux navires. Seuls huit marins de l’Helge Ingstad ont été légèrement blessés et c’est un miracle à la vue des images diffusées par les autorités. L’abordage a eu lieu sur tribord. Le pétrolier, probablement lourdement chargé de pétrole, a vu son écubier littéralement déchirer la coque de la frégate sur la moitié de sa longueur au niveau de la ligne de flottaison. Une importante voie d’eau n’a pas pu être maîtrisée. Sur les photos de la télévision publique norvégienne NRK1, on peut observer que le tanker a été très faiblement endommagé au niveau du bordé et de l’écubier tribord. Ce dernier est très proéminent sur ce bateau et est probablement renforcé pour soutenir son ancre et sa chaîne. 

 

Une partie de la brèche sur le bâtiment militaire (© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

Une partie de la brèche sur le bâtiment militaire (© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

(© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

Capture d'écran d'un direct de la télévision publique norvégienne (© NRK)

Capture d'écran d'un direct de la télévision publique norvégienne (© NRK)

 

Selon la presse norvégienne, les garde-côtes ont tenté de ramener la frégate vers la terre pour éviter de la voir sombrer. Finalement, elle a chaviré dans la matinée de jeudi et repose dorénavant le long de la côte, en étant à demi immergée. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la situation n’est toujours pas stabilisée et la marine norvégienne cherche un moyen pour renflouer la frégate. Pour l’instant la météo est bonne, mais un début de pollution aux hydrocarbures a été aperçu. Un barrage antipollution a été mis en place et des navires spécialisés ont été redirigés sur zone.

 

La frégate après avoir chaviré (© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

La frégate après avoir chaviré (© FORCES ARMEES NORVEGIENNES)

 

Par mesure de sécurité, le terminal pétrolier tout proche de Sture a été stoppé hier pendant quelques heures, de même que certains champs pétroliers offshores de la région. Il faut dire que la frégate, qui revenait de l’exercice otanien Trident Juncture, est lourdement armée.

Long de 133 mètres et affichant un déplacement de 5290 tonnes en charge, ce bâtiment armé par 122 marins peut atteindre la vitesse de 26 nœuds. Il est doté de 32 missiles surface-air ESSM, 8 missiles antinavire NSM, une tourelle de 76mm, de l’artillerie légère et quatre tubes pour torpilles Sting Ray. L’équipement électronique comprend notamment un radar à quatre faces planes SPY-1F américain, un sonar de coque et un sonar remorqué (Captas 2). Des capacités de lutte anti-sous-marines renforcées par l’hélicoptère NH90 qu’elle embarque.

 

La frégate Helge Ingstad (© MARINE NORVEGIENNE)

La frégate Helge Ingstad (© MARINE NORVEGIENNE)

 

Quatrième des cinq frégates de la classe Fridtjof Nansen, l’Helge Ingstad, construite comme les autres unités de ce type par le chantier Navantia de Ferrol, en Espagne, est entrée en service en 2009.

Quant au Sola TS, mis en service en 2017, c’est un pétrolier Aframax de 250 mètres de long pour 44 mètres de large, présentant un port en lourd de 113.000 tonnes. Il appartient à la compagnie grecque Tsakos. Son pavillon étant maltais, les autorités de ce dernier pays vont collaborer avec la Commission d'enquête nationale sur les accidents de la Norvège pour faire la lumière sur les causes et le déroulement exact de cet accident.

 

Le pétrolier Sola TS, ici lors d'une escale au Havre (©  FABIEN MONTREUIL)

Le pétrolier Sola TS, ici lors d'une escale au Havre (©  FABIEN MONTREUIL)