Défense
FTI : Gros plan sur la Belharra et sa version française
ABONNÉS

Focus

FTI : Gros plan sur la Belharra et sa version française

Défense

Le ministère français de la Défense a annoncé vendredi 21 avril la notification à DCNS du contrat des frégates de taille intermédiaire (FTI), qui succèderont à compter de 2025 aux unités du type La Fayette de la Marine nationale. D’un coût global estimé à 3.8 milliards d’euros, ce programme porte sur la construction à Lorient de cinq bâtiments.

Il faudra quatre ans et demi pour réaliser la tête de série, dont la première tôle devrait être découpée en 2019 en vue d’une livraison fin 2023 à la flotte française. S'en suivra la phase de mise au point, de vérification des capacités militaires et d'entrainement avant l'admission au service actif, prévue deux ans plus tard. Ses sisterships devraient ensuite suivre au rythme d’une unité tous les 15 à 18 mois.

La famille Belharra

La FTI est le premier modèle des frégates de nouvelle génération de la famille Belharra, que DCNS propose désormais sur le marché export et qui se caractérise notamment par sa modularité et la digitalisation des systèmes et de la plateforme. Cela constituera, comme on le verra plus loin, un saut technologique considérable.

121 mètres pour 4300 tonnes

Longue de 121 mètres pour une largeur de 17 mètres et un déplacement d’environ 4300 tonnes en charge, la version française de la Belharra bénéficiera d’un design furtif offrant une surface équivalente radar très réduite, ce qui rendra sa détection difficile et améliorera l’emploi de ses importants moyens de guerre électronique, dont le système Sentinel (Thales) comprenant notamment deux brouilleurs ; ainsi que des lance-leurres (antimissile et anti-torpille) fixes et mobiles. La FTI sera mise en œuvre par 120 marins, dont une quinzaine pour le détachement aérien. S’y ajouteront des logements pour 29 personnes supplémentaires, par exemple un état-major ou des forces spéciales, qui disposeront de locaux dédiés. La frégate pourra mettre en oeuvre deux embarcations, dont une ECUME des commandos marine et une EDO. Ces semi-rigides seront logés dans un espace autour de la cheminée et intégré dans les superstructures, avec des ouvertures masquées par des rideaux.

 

Un armement conséquent

MBDA fournira les missiles. L’armement comprendra 8 missiles antinavire Exocet MM40, ainsi que deux lanceurs verticaux octuples Sylver A70 pour 16 missiles surface-air Aster 30. Un espace conservatoire permettra le cas échéant de doubler cette dotation avec deux A70 supplémen

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense