Défense
Frégates de Taille Intermédiaire : Les grands choix arrêtés

Actualité

Frégates de Taille Intermédiaire : Les grands choix arrêtés

Défense

Après des mois de négociations, la Direction Générale de l’Armement et les principaux industriels concernés par le projet des Frégates de Taille Intermédiaire, DCNS et Thales, semblent être tombés d’accord. Les grands choix de ce futur programme, destiné à remplacer les La Fayette de la Marine nationale, devraient être entérinés à l’occasion d’un Comité ministériel d’investissement qui devrait se tenir autour du ministre de la Défense début octobre. Cela devrait ouvrir la voie à la signature du dossier de lancement de réalisation (DLR) d’ici début 2017, avec probablement une annonce officielle de la décision du CIM et un premier design FTI dévoilé à l’occasion du salon Euronaval, qui sera inauguré le 18 octobre par Jean-Yves Le Drian.

La tête de série de ces nouvelles frégates, dont cinq exemplaires sont prévus pour la flotte française, doit être livrée en 2023. Affichant un déplacement d’environ 4000 tonnes, les FTI répondront à un double objectif : non seulement assurer le renouvellement des La Fayette, mises en service entre 1996 et 2001, mais aussi permettre à DCNS de disposer d’une nouvelle plateforme à l’export. Il s’agit en particulier de concevoir un bâtiment moins lourd et complexe que la FREMM, plutôt destinée à des forces navales de premier rang.

Modulaires, les FTI devraient se décliner en différentes variantes selon les besoins des clients. On sait que la marine française souhaite une frégate polyvalente, dotée de capacités suffisantes dans tous les domaines de lutte (défense aérienne, antinavire et anti-sous-marine). En toute logique, la nouvelle frégate devrait mettre en œuvre des missiles Aster 30 et Exocet (mais apparemment pas de MdCN), un sonar de coque et un sonar remorqué (plutôt un Captas 2), des tubes lance-torpilles et une tourelle de 76mm, avec à priori la capacité de proposer du 127mm à l‘export. S’y ajouteront de l’artillerie légère, de solides moyens de guerre électronique et des embarcations rapides. En termes de moyens aériens, les FTI pourront accueillir un hélicoptère de 10 tonnes, comme le Caïman Marine (NH90) et seront conçues dès l’origine pour la mise en œuvre d’UAV afin d’être au rendez-vous du futur programme SDAM (système de drone aérien de la marine), pour lequel l’état-major souhaite disposer d’une première capacité opérationnelle à l’horizon 2024.   

La FTI disposera enfin, et ce sera l’une de ses principales nouveautés, d’un mât unique supportant notamment les quatre antennes fixes du Sea Fire, le radar multifonctions de nouvelle génération développé par Thales France.

 

Marine nationale Naval Group (ex-DCNS)