Défense
FREMM DA : mise à l’eau en vue pour l'Alsace
ABONNÉS

Actualité

FREMM DA : mise à l’eau en vue pour l'Alsace

Défense

L’assemblage de la première des deux frégates multi-missions à capacités de défense aérienne renforcées s’achève sur le site Naval Group de Lorient. Livrable au printemps 2021 à la Marine nationale, en vue d’une admission au service actif l’année suivante, la future Alsace sera mise à l’eau dans trois semaines. Neuf ans après la tête de série du programme, l'Aquitaine, en avril 2010. Une fois son armement à quai effectué, elle doit débuter ses essais en mer un an plus tard. Par rapport aux dernières FREMM, les délais consacrés aux essais et à la mise au point sont plus longs compte tenu des nouveautés dont bénéficie le bâtiment.

 

L'Alsace en construction à Lorient le 27 septembre 2018 

L'Alsace en construction à Lorient le 27 septembre 2018 (© : MER ET MARINE - MATTHIAS ESPERANDIEU)

Vidéo montrant notamment l'Alsace dans la forme de construction (© : LE TELEGRAMME)

 

Architecturalement parlant, les différences avec les six premières FREMM seront assez limitées, avec pour l’essentiel un mât redessiné, dit « taille de guêpe », afin de réduire au maximum l’effet de masque sur l’arrière du radar multifonctions Herakles. Ce dernier sera sensiblement plus puissant que la version équipant les premières frégates de la série afin de répondre aux exigences de détection et de poursuite liées à la défense aérienne. Pour la même raison, les communications seront musclées et le système de combat SETIS adapté. Des consoles supplémentaires seront installées au Central Opération pour permettre notamment l’ajout d’un poste d’officier de lutte antiaérienne de force navale (OLAAFN).

 

Vue de l'Alsace avec son mât "taille de guêpe" 

Vue de l'Alsace avec son mât "taille de guêpe" (© : NAVAL GROUP)

 

Côté armement, la FREMM DA sera équipée de quatre lanceurs verticaux octuples Sylver A50 permettant d’abriter 32 missiles surface-air, indifféremment des Aster 15 ou Aster 30. La dotation en Aster sera donc doublée par rapport aux actuelles FREMM, qui n’embarquent que 16 Aster 15 (avec la possibilité ultérieurement de mettre en œuvre des Aster 30 sur les Bretagne et Normandie). Cet accroissement se fera cependant au détriment des missiles de croisière navals (MdCN) équipant les six premières frégates de la série (deux lanceurs, 16 munitions) et qui seront absents sur les FREMM DA.

Concernant le nouveau missile antimissile balistique Aster Block 1 NT, appelé à équiper les frégates de défense aérienne du type Horizon à l’issue de leur refonte à mi-vie, une intégration sur les FREMM DA est en option possible. Mais il faudrait dans ce cas compenser l’absence sur ces bâtiments de radar de surveillance à longue portée (comme le SMART-S des FDA), ce qui pourrait être obtenu dans le cadre du développement du concept de veille coopérative navale, permettant à un bâtiment de tirer sur une cible détectée par une autre plateforme.

Par rapport aux FREMM, les FREMM DA verront par ailleurs leurs capacités d’hébergement augmentées, a-t-on appris de source proche du programme. L’équipage, avec notamment le renfort de personnel dédié à la mission de défense aérienne, passera de 109 à 120 marins, auxquels s’ajoutera le détachement aérien (une quinzaine de militaires) et des lits supplémentaires pour d’autres fonctions (état-major embarqué, commandos marine…) En tout, les FREMM DA compteront 165 couchages, contre 145 pour le six FREMM. Cet accroissement se fera par un réaménagement des locaux-vie, avec par exemple la création de postes à six places en reconfigurant l’espace dévolu aujourd’hui à des postes de quatre marins.

Déjà en cours de construction à Lorient, la jumelle de l’Alsace, la future Lorraine, sera mise à l’eau en 2020, débutera ses essais en 2021 et doit être livrée à la Marine nationale en 2022.

Ces deux unités seront basées à Toulon où elles succèderont aux frégates antiaériennes Cassard et Jean Bart, mises en service en 1988 et 1991. La première vient de rentrer de son ultime mission opérationnelle et sera retirée du service après sa dernière sortie en mer le mois prochain. Quant à la seconde, récemment sortie d’arrêt technique, elle doit naviguer jusqu’au printemps 2021.

Pour ce qui est des six premières FREMM, la Normandie, actuellement en essais, doit être livrée en juillet et, après son déploiement de longue durée, être admise au service actif début 2020. Elle sera basée à Brest comme les Aquitaine et Bretagne, alors que les autres frégates de ce type (Provence, Languedoc et Auvergne) sont stationnées à Toulon. 

 

Naval Group (ex-DCNS) Marine nationale