Défense
FREMM : la veille coopérative prévue en 2021

Actualité

FREMM : la veille coopérative prévue en 2021

Défense

Mutualiser les données de l’ensemble des radars disponibles au sein d’une force. C’est l’objectif de la veille coopérative navale (VCN), qui verra le jour en 2021 sur les frégates multi-missions de la Marine nationale. La ministre des Armées a confirmé cette échéance hier, sur le site Naval Group de Lorient, lors d’un déplacement à bord de la Normandie, sixième unité française du programme FREMM. « La capacité de veille coopérative navale sera un véritable atout de supériorité informationnelle pour la Marine nationale, capable en un coup d’oeil de prendre conscience de son environnement direct », a souligné Florence Parly.

L’intégration de la VCN sur les FREMM sera la première étape vers une veille coopérative étendue à tous les bâtiments de surface d’une force navale, mais aussi aux aéronefs et drones. Cela permettra d’offrir une veille étendue et en temps réel à toutes les unités. La VCN ouvrira de plus la voie à une future capacité d’engagement coopératif, qui permettra par exemple à une frégate de tirer sur une cible poursuivie par les senseurs d’une autre plateforme.

La VCN fait partie des évolutions intégrées au fil du programme FREMM, dont le sixième exemplaire sera livré en juillet à la flotte française. Comme la Bretagne, cinquième unité de cette classe, la Normandie dispose de deux lanceurs octuples Sylver A50, capables de tirer des missiles surface-air Aster 15 et Aster 30. Une nouveauté par rapport aux quatre premières FREMM, qui disposent de Sylver A43 uniquement conçus pour des Aster 15. Un missile à la portée moins importante que celle de l’Aster 30, ce qui ne l’empêche pas d’être redoutablement efficace, comme l’a montré le 12 mai dernier au large de l’Ecosse l’interception d’une cible supersonique à trajectoire plongeante par un Aster 15 de la Bretagne, qui a assuré le tracking avec son radar Herakles.  

L’évolution du programme FREMM va se poursuivre avec les deux dernières unités de la série, les Alsace et Lorraine, livrables en 2021 et 2022 par Naval Group. Des bâtiments qui verront leurs capacités de défense aérienne renforcées, alors que le système d'information et de communication SIC 21 sera remplacé par le SIA. La Lorraine devrait par ailleurs être la première à mettre en oeuvre le système satellitaire Syracuse IV, dont les deux antennes seront différentes de celles de l'actuel Syracuse III. 

Le début de la prochaine décennie sera également marqué par la montée en puissance des drones. Les FREMM, comme les porte-hélicoptères amphibies (PHA-ex-BPC) du type Mistral, sont les deux principales plateformes qui serviront à partir de 2021 à l’expérimentation à la mer des démonstrateurs du futur système de drone aérien de la marine (SDAM), développé par Airbus et Guimbal Hélicoptères sur la base du VSR 700, en coopération avec Naval Group pour l’intégration sur bâtiments de surface.

D’autres évolutions suivront au fil du temps, qu’il s’agisse de l’armement (on pourrait imaginer par exemple l’embarquement d’Aster Block1 NT pour la défense antimissile balistique dans le cadre d’engagements coopératifs), les senseurs et le système de combat, avec notamment de nouveaux systèmes de traitement des données provenant des sonars. Les prochaines mises à jour du SETIS avec en particulier l’intégration de la VCN constituent en fait des briques préfigurant le CMS des futures frégates de défense et d’intervention (FDI, ex-FTI), qui seront les premiers navires entièrement numériques de la marine française. Hier, Florence Parly a confirmé que la découpe des premières tôles de la tête de série du programme FDI, qui comptera cinq unités, interviendra bien au mois d’octobre prochain. Avec un objectif maintenu de livraison de ce bâtiment en 2023, ses sisterships devant suivre d’ici 2029. En attendant l’entrée en production de la première frégate, un prototype de sa mâture intégrée, qui abritera entre autres les quatre antennes fixes du nouveau radar Sea Fire de Thales, est en cours d’installation à Saint-Mandrier. Cette structure devrait réaliser ses premières émissions dès le mois de septembre.

 

Marine nationale Naval Group (ex-DCNS)