Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

FREMM : Les noms de frégates réattribués à cause de la Bretagne

Défense

Il y a du changement dans l'attribution des noms de régions françaises que porteront les futures frégates multi-missions (FREMM) devant être livrées entre 2012 et 2022 à la Marine nationale. Initialement, les 8 premiers bâtiments devaient s'appeler, dans l'ordre : Aquitaine, Normandie, Provence, Bretagne, Auvergne, Languedoc, Alsace et Lorraine. S'il n'y a pas de changement pour les trois premières unités, la Bretagne s'est vue renvoyée en septième position, remplacée à la quatrième place par la Languedoc. L'Alsace gagne quant à elle une place, puisque ce nom sera attribué à la FREMM n°6. Le nouvel ordre est donc le suivant (avec les dates de livraison) : Aquitaine (2012), Normandie (2014), Provence (2015), Languedoc (2016), Auvergne (2016), Alsace (2017), Bretagne (2018) et Lorraine (2019). L'état-major de la Marine nationale justifie ce changement pour des raisons d'adaptation des noms aux ports d'attache des navires. En effet, les FREMM 1, 2, 7, 8 et 9 seront basées à Brest, alors que les frégates 3, 4, 5, 6, 10 et 11 rejoindront Toulon. Si l'ordre initial d'attribution des noms avait été conservé, la Bretagne se serait donc retrouvée dans le Var. Logiquement, la Rue Royale a donc fait en sorte que la future frégate Bretagne ait bien Brest pour port d'attache.
On notera que les noms des FREMM 9, 10 et 11, devant rejoindre la marine en 2020, 2021 et 2022, n'ont pas encore été choisis. Les réflexions se poursuivent, notamment sur le thème des régions, administratives ou historiques. Ile de France, Flandre, Bourgogne, Picardie... Les possibilités ne manquent pas.

Mise à flot de l'Aquitaine en mars dernier  (© : DCNS)
Mise à flot de l'Aquitaine en mars dernier (© : DCNS)

Longues de 142 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes en charge, les FREMM sont conçues par DCNS, qui les réalise sur son site de Lorient. Destinées à remplacer les frégates des types F67 (Tourville) et F70 ASM (Georges Leygues), les 9 premières FREMM auront comme mission principale la lutte anti-sous-marine. A cet effet, elles seront dotées d'un sonar remorqué, de torpilles MU90 et d'un hélicoptère NH90. Très polyvalentes, les 9 premières frégates seront également capables de frappes contre la terre avec la mise en oeuvre, sur chaque plateforme, de 16 missiles de croisière Scalp Naval. Le reste de l'armement comprendra 16 missiles surface-air Aster 15, 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3, une tourelle de 76mm et de l'artillerie légère.
Les FREMM 10 et 11 seront, quant à elles, différentes. Baptisées FREDA pour frégates de défense aérienne, elles succèderont aux deux frégates du type F70AA (Cassard et Jean Bart). Les nouveaux bâtiments n'embarqueront pas de Scalp Naval mais un total de 32 missiles Aster 30 et Aster 15. Elles disposeront en outre d'un radar multifonctions Herakles plus puissant afin d'assurer la protection contre avions et missiles d'un groupe naval.
Tête de série du programme, l'Aquitaine, mise à flot le 29 mars dernier, doit débuter ses essais en mer au printemps 2011. La découpe de la première tôle de la Normandie est intervenue en octobre 2009 et la construction de la Provence va débuter à Lorient. Le site morbihannais de DCNS travaille également sur une FREMM commandée par le Maroc et dont la livraison est prévue en 2013.

Marine nationale