Défense
FREMM : Les trois dernières frégates n'auront pas forcément des noms de régions

Actualité

FREMM : Les trois dernières frégates n'auront pas forcément des noms de régions

Défense

Les trois dernières frégates multi-missions commandées par la France n'auront pas forcément des noms de régions, comme les huit premières de la série. Les FREMM 9 à 11, réalisées par DCNS à Lorient, devraient être livrées entre 2020 et 2022. « Différentes possibilités sont actuellement à l'étude. Toutes les pistes sont explorées, y compris des noms qui ne seraient pas des noms de régions », explique-t-on à l'état-major de la Marine nationale. Chez les militaires, certains seraient en effet partisans d'attribuer à ces nouvelles frégates des noms de marins célèbres, à l'image de ce qui a été fait avec les futurs sous-marins du type Barracuda. Après la série des Rubis, les nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque français s'appelleront, ainsi, Suffren, Duguay-Trouin, Dupetit-Thouars, Duquesne, Tourville et De Grasse.
Concernant les FREMM, les huit premières unités seront baptisées Aquitaine, Normandie, Provence, Bretagne, Auvergne, Languedoc, Alsace et Lorraine. La longueur de la série (qui prévoyait initialement 17 bâtiments) ayant été réduite à seulement 11 bateaux, le choix des régions parait plus difficile, trois noms supplémentaires seulement pouvant être ajoutés, sur un total de 22 régions françaises (soit 14 qui n'ont pas encore « leur » frégate). Outre les régions métropolitaines, on pourrait aussi imaginer que la marine choisisse des noms ultramarins. L'initiative serait sans doute très appréciée car, dans l'histoire, aucune unité de premier rang de la Marine nationale n'a jamais été baptisée en référence à l'outre-mer. Antilles, Nouvelle-Calédonie, Guyane, Polynésie ou La Réunion... Cela « sonnerait » plutôt bien.

Tête de série du programme FREMM, l'Aquitaine sera mise à flot en avril. Longue de 142 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes en charge, cette frégate sera spécialisée dans la lutte anti-sous-marine. Elle disposera d'un sonar remorqué, de torpilles MU90 et d'un hélicoptère NH90, ainsi que de missiles Aster 15 (16), Exocet MM40 Block3 (8) et Scalp Naval (16). L'artillerie comprendra une tourelle de 76 mm. Les huit frégates suivantes seront identiques, alors que les deux dernières de la série seront à vocation antiaérienne. N'embarquant pas de sonar remorqué, les FREDA (frégates de défense aérienne) disposeront d'un radar multifonctions Herakles plus puissant, et mettront en oeuvre des missiles Aster 30.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française