Défense
FREMM: L'Italie maintient la version action vers la terre

Actualité

FREMM: L'Italie maintient la version action vers la terre

Défense

Contrairement à la Marine nationale, qui l'a abandonné, la marine italienne maintient la version polyvalente des Frégates Européennes Multi-Missions (FREMM). C'est ce que nous a confirmé le groupe italien Fincantieri, qui réalise ces navires aux chantiers de Riva Trigoso. Pour l'heure, six frégates lui ont été commandées, soit quatre en version anti-sous-marines et deux en version polyvalente (équivalent des ex-Action vers la Terre - AVT françaises). La construction de la tête de série, le Carlo Bergamini, a débuté en février 2008 pour une livraison en 2012.
Longues de 140 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes, les FREMM italiennes destinées à la lutte ASM disposent de 4 missiles Milas, 4 tubes pour torpilles MU90, 16 missiles Aster 15, 4 missiles Otomat, deux canons de 76 mm, deux canons de 25 mm et deux hélicoptères. Les équipements comprennent notamment un radar EMPAR, un sonar d'étrave 4110 CL et un sonar remorqué CAPTAS 4249.
Dans leur version polyvalente, les frégates de la Marina militare disposeront de 16 missiles Aster 15, 8 missiles Otomat, une tourelle de 127 mm, un canon de 76 mm, deux canons de 25 mm, deux tubes lance-torpilles et deux hélicoptères. Le sonar remorqué est remplacé par un petit radier pouvant abriter une embarcation rapide.

FREMM italienne (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)
FREMM italienne (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Très différentes des frégates françaises

Bien que conçues en coopération avec DCNS, les FREMM italiennes ont une silhouette et des équipements différents par rapport à leurs cousines françaises. Le système de combat comme la veille infrarouge ne sont, par exemple, pas les mêmes. Alors que la Marine nationale a opté pour le radar Herakles, l'Italie poursuit avec l'EMPAR, qui équipe déjà les frégates du type Horizon. De même, les Italiens ont choisi de placer une tourelle de 76 mm sur le toit du hangar, ce qui n'est pas le cas de leurs partenaires. Les FREMM italiennes mettront en oeuvre le missile ASM Milas (système associant un missile Otomat et une torpille MU90). Cet engin, qui n'est pas sans rappeler l'ancien Malafon français, affiche une portée de 40 km. Pour l'heure, les navires réalisés chez Fincantieri ne sont en revanche pas dotés du missile de croisière Scalp Naval, ce qui sera le cas sur les 9 FREMM françaises à vocation ASM. L'Italie s'est néanmoins réservée la possibilité d'installer ultérieurement deux lanceurs Syler supplémentaires pour embarquer soit des missiles Aster 30, soit des missiles Scalp. La coopération autour de ce programme est donc nettement moins poussée qu'elle le fut avec Horizon. Français et Italiens se sont surtout contentés de réaliser des économies d'échelles grâce à l'achat commun de gros équipements, notamment sur la motorisation (identique) ou sur certaines armes.
Pour l'heure, la France a commandé 8 frégates ASM. Une neuvième doit être notifiée cette année, de même que deux bâtiments en version antiaérienne. Le site DCNS de Lorient poursuit l'achèvement de l'Aquitaine, qui doit être mise à flot début 2010. Du côté italien, après la commande des 4 ASM et 2 polyvalentes, la confirmation de 4 polyvalentes supplémentaires est attendue en 2012 et 2015.

FREMM italienne (© MARINA MILITARE)
FREMM italienne (© MARINA MILITARE)

FREMM conçue par DCNS (© DCNS)
FREMM conçue par DCNS (© DCNS)

Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien