Défense
FREMM : Mise sous tension du système de combat de l'Aquitaine

Actualité

FREMM : Mise sous tension du système de combat de l'Aquitaine

Défense

DCNS a procédé, ce mois-ci, à la mise sous tension des installations du système de combat de l'Aquitaine, tête de série du programme des Frégates européennes multi-missions (FREMM). Actuellement en phase d'armement à Lorient, ce bâtiment, destiné à la Marine nationale, doit réaliser sa première sortie en mer au printemps 2011. Le 15 novembre, une étape importante a donc été franchie lorsque DCNS a « donné vie » au système de combat de l'Aquitaine. La mise sous tension a concerné principalement six consoles multifonctions du système de management de combat, véritable cerveau du navire, et des calculateurs associés. Seront, également, prochainement testés un système de transmission HF et V/UHF ainsi que les deux radars de navigation de la passerelle. « C'est une nouvelle étape du programme FREMM franchie conformément au planning. Les travaux d'armement du navire, sont aujourd'hui avancés à plus de 75%. Ils doivent être terminés début 2011. En parallèle de ces travaux d'armement, nous poursuivons les essais sur la plate-forme et débutons ceux sur le système de combat suite au franchissement du jalon de mise sous tension de celui-ci », explique Vincent Martinot-Lagarde, directeur des programmes FREMM chez DCNS.
Entrée en cale sèche le 26 août, notament pour procéder à l'installation du sonar d'étrave fourni par Thales (MFS-4110), ainsi que la mise en place des les safrans, du gouvernail et du propulseur azimutal rétractable Brunvoll, l'Aquitaine est sortie de bassin le 22 novembre. La frégate a été amarrée à un quai voisin, à partir duquel la suite des travaux est menée.
Pour mémoire, l'Aquitaine doit être livrée à la Marine nationale fin 2012, son admission au service actif étant programmée en 2013.

Sortie de bassin de l'Aquitaine (© : DCNS)
Sortie de bassin de l'Aquitaine (© : DCNS)

Sortie de bassin de l'Aquitaine (© : DCNS)
Sortie de bassin de l'Aquitaine (© : DCNS)

Polyvalentes mais dotées de moyens renforcés pour la lutte anti-sous-marine, les FREMM mesurent 142 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes en charge. Armées par un équipage réduit (108 marins, dont le détachement aéro), elles mettront en oeuvre 16 missiles de croisière Scalp Naval, 16 missiles surface-air Aster 15, 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3, des torpilles MU90, une tourelle de 76mm et deux canons de 20mm. Les équipements électroniques comprendront notamment un radar multifonctions Herakles, deux brouilleurs de nouvelle génération, un sonar de coque MFS-4110 et un sonar remorqué CAPTAS UMS 4229. Les contre-mesures seront fournies par deux lance-leurres NGDS et deux lance-leurres anti-torpilles. Un hangar et une plateforme permettront d'embarquer un hélicoptère NH90 ou des drones. En tout, neuf frégates de ce type seront réalisées pour remplacer les bâtiments du type F67 (classe Tourville) et F70 ASM (classe Georges Leygues). Deux autres, en version antiaérienne, seront construites pour succéder aux Cassard et Jean Bart (type F70 AA). Dotées d'un radar Herakles plus puissant et de missiles Aster 30, ces navires, baptisés FREDA, seront livrés après les 9 FREMM et doivent rejoindre la Marine nationale en 2022. En dehors des unités françaises, DCNS réalise actuellement une FREMM pour le Maroc, dont la livraison est prévue en 2013. Le groupe français propose également ce nouveau produit à différentes marines, comme la Grèce et le Brésil.
Pour mémoire, le programme FREMM fait l'objet d'une coopération avec l'Italie, qui a commandé six frégates aux chantiers Fincantieri et doit affermir des options pour quatre bateaux supplémentaires en 2012 et 2013 (si la situation budgétaire le permet).

Vue de FREMM spécialement réalisée pour le premier Hors Série de Mer et Marine (© : DCNS)
Vue de FREMM spécialement réalisée pour le premier Hors Série de Mer et Marine (© : DCNS)

Naval Group (ex-DCNS)