Défense
FREMM : Une section avant de la frégate marocaine à Brest

Actualité

FREMM : Une section avant de la frégate marocaine à Brest

Défense

Le 11 novembre, des tronçons de Frégate Européenne Multi-Missions (FREMM) réalisés par le site DCNS de Cherbourg ont rejoint Brest. Ces éléments, formant une étrave, ont été remorqués par la barge Dino II jusqu'au site finistérien du groupe naval, où ils vont être assemblés dans le bassin 9 à d'autres tronçons, réalisés par les équipes brestoises de DCNS. L'ensemble constituera la section avant de la seconde frégate du programme FREMM, destinée à la marine marocaine. Pour l'heure, en raison du mauvais temps, les éléments cherbourgeois n'ont pas été débarqués, l'industriel attendant de meilleures conditions météorologiques pour réaliser cette opération.
Lorsque les parties cherbourgeoises et brestoises seront assemblées, l'ensemble sera remorquée jusqu'à Lorient, où il sera « jonctionnée » à la section arrière du bâtiment, fabriquée dans le Morbihan. La livraison de la frégate au Maroc est prévue en 2013.
Suite au lancement du programme FREMM, fin 2005, DCNS avait choisi de faire réaliser l'intégralité du prototype (l'Aquitaine) à Lorient puis, ensuite, d'externaliser la réalisation des parties avant. A l'époque, le programme comptait, en effet, 17 navires pour la marine française, sans compter les bâtiments vendus à l'export. L'outil industriel du site morbihannais de DCNS n'était donc pas suffisant. Alors qu'une réalisation des proues par des sociétés extérieures était à l'ordre du jour en 2006/2007, les syndicats ont convaincu l'ancien président, Jean-Marie Poimboeuf, de rapatrier ce travail en interne, permettant de compléter la charge de travail des établissements de Cherbourg et Brest.

Maintien des compétences et réorganisation

Pour le site DCNS de Brest, la réalisation d'éléments de FREMM permettait, de plus, de maintenir certaines compétences (soudeurs, coquiers...) en attendant le lancement du chantier de modernisation des trois premiers sous-marins nucléaires lanceurs d'engins du type Le Triomphant (qui débutera fin 2010 avec Le Vigilant). La « ré-internalisation » de la fabrication de la section avant de la seconde FREMM était, néanmoins, conditionnée au fait que les équipes brestoises et cherbourgeoises puissent aligner leurs coûts de production sur la concurrence externe. A Brest, cela a été obtenu par une importante réorganisation. Les équipes ont, notamment, accepté de travailler en 2/8, alors que la planification et le management se sont installés au plus près du chantier, dans des Algecos. De plus, certains salariés ont bénéficié de formations afin d'être plus polyvalents et efficaces. Ainsi, chaudronniers et soudeurs ont, en plus de leurs métiers traditionnels, la capacité de réaliser de petits travaux d'électricité.
Pour l'heure, la suite du montage industriel du programme FREMM n'est pas connue. Depuis la signature du contrat, la cible a été revue à la baisse, seuls 11 bâtiments français et une frégate marocaine ayant, à ce jour, été notifiés. A Lorient, la tête de série, l'Aquitaine, sera mise à flot début 2010 pour une livraison prévue en 2012. Le site, qui a débuté cette année la construction de la FREMM marocaine, a découpé en septembre la première tôle du second bâtiment français, la Normandie.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense