Défense
Frontex lance une nouvelle opération en Méditerranée

Actualité

Frontex lance une nouvelle opération en Méditerranée

Défense

L’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes a annoncé hier le lancement, à compter de ce 1er février, d’une nouvelle opération en Méditerranée. Baptisée Themis, elle succède à Triton, mise en place en novembre 2014, à l’époque pour relever l’opération Mare Nostrum de la marine italienne, qui faisait face seule à un afflux massif de migrants partant des côtes nord-africaines.

Themis a selon l’agence Frontex vocation à « aider l’Italie dans les activités de contrôle des frontières », les missions de sauvetage demeurant comme pour Triton un « élément crucial ». La nouvelle opération, au-delà de l’immigration clandestine, aura également dans son spectre la lutte contre les activités criminelles en mer, en particulier le trafic de drogue, ainsi que le terrorisme, dont des actions, notamment de renseignement, destinées à prévenir l’infiltration sur le territoire européen d’individus souhaitant y perpétrer des attentats. « Nous devons être mieux équipés pour empêcher que des groupes criminels tentent d'entrer dans l'UE sans être détectés. C'est crucial pour la sécurité intérieure de l'Union européenne », a déclaré Fabrice Leggeri, directeur exécutif de Frontex.

Frontex, compte tenu des enjeux et de l’étendue des zones à couvrir, doit muscler ses capacités. Afin de renforcer ses moyens aériens, l’agence va notamment tester des drones aériens de type MALE et a également lancé un appel d’offres pour expérimenter des aérostats de de surveillance.

L’agence, qui a contribué l’année dernière à secourir 38.000 migrants au large de l’Italie, de la Grèce et de l’Espagne, précise que ses navires poursuivront leurs opérations de recherche et de sauvetage sous la coordination des MRCC. Dans le cadre de l'opération Themis, Frontex maintiendra également sa présence dans les hotspots en Italie, où ses agents aident les autorités nationales à enregistrer les migrants, notamment en prenant leurs empreintes digitales et en confirmant leur nationalité.

Concernant la zone d’opération, la Méditerranée centrale, actuelle zone principale de passage des migrants, qui embarquent depuis la Libye, sera au cœur du dispositif. Mais Themis aura une zone de compétence bien plus vaste puisque selon Frontex, « sa zone opérationnelle s'étendra sur la mer Méditerranée centrale à partir des eaux couvrant les flux de l'Algérie, la Tunisie, la Libye, l'Egypte, la Turquie et l'Albanie ». Themis va donc couvrir toute la Méditerranée et l’Adriatique alors que Triton avait été pour mémoire activée afin de compléter des actions similaires en Méditerranée occidentale (Indalo) et au large de la Grèce (Poséidon).

On rappellera enfin que l’Europe conduit parallèlement à Themis une opération militaire, Sophia, active depuis 2015 au large de la Libye. Sa mission principale est la lutte contre les trafics d’êtres humains et, depuis octobre 2016, son mandat a été étendu au respect de l’embargo sur les armes en Libye et à la formation des garde-côtes de ce pays.