Défense
Fusiliers-marins : la coque de la première VPDMP démoulée
ABONNÉS

Actualité

Fusiliers-marins : la coque de la première VPDMP démoulée

Défense
Construction Navale

La tête de série des nouveaux intercepteurs de la force des fusiliers-marins et commandos (Forfusco) est en train de voir le jour au chantier Ufast de Quimper. Ce dernier a démoulé la semaine dernière la coque en composite, réalisée par infusion, de la première de ces 12 vedettes protégées de défense maritime et portuaire (VPDMP). Des bateaux d'un nouveau genre commandés en mars 2018 par la Direction Générale de l’Armement (DGA).

 

 

VPDMP (

VPDMP (©  UFAST)

 

La coque, dévoilée le 19 avril à l’occasion de la visite chez Ufast de Florence Parly, ministre des Armées, et en présence de l'amiral Lucas commandant la Forfusco, va maintenant être équipée. La cabine du bateau est déjà en cours de fabrication. Elle est produite en aluminium et sera renforcée à l’intérieur par un blindage. Les endroits critiques, comme les têtes de moteurs, les réserves à carburant, ainsi que les deux postes de tir à l’avant et à l’arrière, seront également protégés. Sur les images ci-dessous, des parties en contreplaqué illustrent certains éléments non-encore produits, des gabarits à taille réelle ayant notamment permis de valider avec les opérationnels l'ergonomie de certains espaces, comme le poste de tir avant. 

 

La cabine de la première VPDMP et le gabarit du poste avant en contreplaqué (

La cabine de la première VPDMP et le gabarit du poste avant en contreplaqué (©  MER ET MARINE - VG)

 

 

La cabine de la première VPDMP (

La cabine de la première VPDMP (©  MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le prototype devrait débuter ses essais à la fin de l’été, normalement en septembre, en vue d’une livraison à la Forfusco le mois suivant. Alors que le moule est reconditionné pour débuter la fabrication de la coque de la seconde VPDMP, la livraison des vedettes s’échelonnera jusqu’en 2021.

Longues de 15 mètres, les VPDMP seront dotées d’une propulsion hors-bord, avec quatre moteurs de 350 chevaux et une vitesse de plus de 40 noeuds à pleine charge. Pouvant mettre en œuvre deux mitrailleuses lourdes de 12.7mm, et peut-être à terme des missiles comme le MMP, ces bateaux disposeront de moyens de surveillance et d'identification de jour comme de nuit. Conçus pour les assauts en mer, ils pourront embarquer un groupe d’intervention puissamment armé, composé de 8 hommes équipés pour intervenir quelque soient les conditions météo.

Ces intercepteurs seront déployés dans le cadre du renforcement de la sûreté des approches maritimes des bases navales françaises et de points d’appui à l’étranger. Il s’agit, en particulier, de disposer de capacités adéquates pour neutraliser une attaque terroriste lancée depuis la mer contre des infrastructures portuaires ou des navires militaires, unités de surface comme sous-marins, à quai, au mouillage ou lors de leurs manœuvres d'entrée ou de sortie des bases. A Brest, ces intercepteurs viendront par exemple renforcer la protection des SNLE lors de leurs départs en mer ou à leurs retours à l'île Longue. 

Dix VPDMP seront livrées aux fusiliers-marins chargés de la protection de Toulon, Brest et Cherbourg, les deux dernières étant destinées à Djibouti. Ces bateaux pourront néanmoins, le cas échéant et en fonction des besoins, être repositionnés dans d’autres zones. Afin de faciliter leur déploiement rapide en tout point de l’Hexagone, ces embarcations seront livrées par Ufast avec des remorques routières spécialement conçues pour leur transport.

 

VPDMP (

VPDMP (©  UFAST)

Marine nationale Ufast