Défense
Futur porte-avions : les chantiers pensent pouvoir assembler la coque en moins d’un an
ABONNÉS

Actualité

Futur porte-avions : les chantiers pensent pouvoir assembler la coque en moins d’un an

Défense

Quand la France décidera d’offrir un successeur au Charles de Gaulle, sa construction devrait être nettement plus rapide que celle de son aîné. Pour mémoire, l’actuel porte-avions de la Marine nationale, commandé en février 1986, avait vu sa première tôle découpée en novembre 1987 à l’arsenal de Brest. Sa mise sur cale était intervenue en avril 1989, sa mise à l’eau en mai 1994 et ses premiers essais en mer en mars 1999, pour une admission au service actif prononcée en mai 2001. Du début de la construction du Charles de Gaulle à ses premiers milles parcourus au large de la Bretagne, il se sera donc écoulé plus de 11 ans. Un délai qui n’est pas aberrant, même aujourd’hui si on le compare par exemple au nouveau porte-avions américain, l’USS Gerald R. Ford, dont la première tôle fut découpée en août 2005 et qui a débuté ses essais en mer en avril 2017. La construction du Charles de Gaulle, premier porte-avions réalisé en France depuis le

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française