Défense
Futurs porte-avions: quelles options?
ABONNÉS

Focus

Futurs porte-avions: quelles options?

Défense

Des concepts innovants, comme une barge mobile ou une plateforme à double pont d’envol, en passant par des configurations plus classiques qui tranchent néanmoins avec le design du Charles de Gaulle et dont nous vous dévoilons en exclusivité, dans cet article, une première vue… les ingénieurs français planchent depuis plus de six mois sur la succession du porte-avions de la Marine nationale, en service en 2001 et qui prendra sa retraite à la fin des années 2030.

Quatre études pour un budget de 36 millions d’euros

Quatre études, d’une durée de 18 mois pour un montant de 36 millions d’euros, ont été lancées afin de traiter l’ensemble des questions relatives à ce projet, connu sous le nom de PANG (porte-avions de nouvelle génération) : qu’il s’agisse de besoins opérationnels et capacitaires, de caractéristiques techniques et d’intégration des futures technologies, de prise en compte des menaces émergeantes ou encore de permanence du groupe aéronaval avec le retour d’une flotte à deux porte-avions. L’ensemble permettra de faire des choix architecturaux, d’établir des estimations budgétaires et de présenter au premier semestre 2020 un dossier complet au président de la République, afin que celui-ci prennent sa décision quant aux contours du futur programme. A ce stade, « aucune décision n’est donc arrêtée », souligne une source proche du dossier. « Le but de ces études est de présenter au politique les avantages et les inconvénients de telle ou telle solution, afin de lui donner toute latitude pour choisir », dit une autre. Cela, en faisant de la prospective puisqu’à l’heure où la technologie évolue à une vitesse ahurissante, il faut imaginer des bateaux appelés à naviguer et être crédibles jusqu’en 2080.

Alors que le ministère des Armées définit ses besoins capacitaires, une étude technico-opérationnelle a été confiée à un groupe d’industriels constitué de Naval Group, Thales et MBDA (avec Dassault Aviation en sous-traitance) alors que des travaux d’esquisses sont conduits par Naval Group, les Chantiers de l’Atlantique et Technicatome, ce dernier planchant évidemment sur la question des chaufferies pour l’option de la propulsion nucléaire. S’y ajoute une collaboration avec les Américains (US Navy et General Atomics) au sujet des catapultes.

 

Maquette préliminaire du NGF dévoilée le mois dernier au Bourget (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette préliminaire du NGF dévoilée le mois dernier au Bourget (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Un dimensionnement étroitement lié au SCAF

Le dimensionnement du futur porte-avions et son orientation capacitaire seront étroitement liés à la composition de son groupe aérien embarqué, qui mettra en œuvre à ses débuts des Rafale Marine et E-2D Advanced Hawkeye, mais devra aussi intégrer pour la suite une version navalisée du système de combat aérien futur (SCAF). Ce programme européen, piloté par la France et l’Allemagne et auquel l’Espagne vient de se joindre, vise à développer un nouvel avion de combat (New Generation Fighter – NGF) et un système de drones avec lequel il travaillera en réseau. Une partie des engins, appelés Remote Carriers et dotés de différentes charges utiles suivant les missions (attaque, guerre électronique, surveillance…) seront mis en œuvre depuis l’avion pour former un essaim.

 

Concept de Remote Carrier (1.8 m de long, 180mm de diamètre, 150 kg) (© MBDA)

Concept de Remote Carrier (1.8 m de long, 180mm de diamètre, 150 kg) (© MBDA)

Concept d'essaim de drones déployé depuis un Rafale (© MBDA)

Concept d'essaim de drones déployé depuis un Rafale (© MBDA)

 

Appelés sans doute à embarquer dans un premier temps sur Rafale, ils doivent dans le cas du NGF, comme les réserves de carburant, être logés en soutes afin de permettre au porteur d’atteindre un niveau optimal de furtivité. Ce qui impose donc un gros avion au design très travaillé. Globalement,  la furtivité repose sur les formes de l’appareil, avec deux possibilités (arrondies ou planes, la première diffusant l'énergie et la seconde réfléchissant dans une direction privilégiée), ainsi que l’emploi de matériaux absorbants. Une première maquette du SCAF a été dévoilée au dernier salon du Bourget, fin juin.

 

Maquette préliminaire du NGF avec à droite des concepts de Remote Carriers (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette préliminaire du NGF avec à droite des concepts de Remote Carriers (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette préliminaire du NGF dévoilée le mois dernier au Bourget (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Maquette préliminaire du NGF dévoilée le

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française