Défense
Futur(s) porte-avions : la décision repoussée

Actualité

Futur(s) porte-avions : la décision repoussée

Défense

Le conseil de défense devant entériner le programme porte-avions de nouvelle génération (PANG) a été repoussé. Initialement, il devait se tenir le 8 juillet, ouvrant la voie à une annonce par le président de la République à l’occasion de la fête nationale. Mais le changement de gouvernement quelques jours plus tôt a bouleversé ce calendrier et l’exécutif, qui a déjà beaucoup de dossiers à gérer actuellement, a préféré renvoyer celui-ci à plus tard. Selon différentes sources, un conseil de Défense est toujours espéré dans le courant de l’été, mais il sera sans doute reculé à la rentrée avec, éventuellement, une annonce dans le sillage du grand plan de relance de l’économie que prépare le gouvernement. Le PANG pourrait en effet constituer le symbole fort d’une stratégie française axée sur la souveraineté industrielle et technologique, ainsi que l’indépendance militaire dans un monde de plus en plus dangereux. Mais aussi un vecteur de coopération européenne puisque le groupe aéronaval français est un outil unique au sein de l’UE et que le futur porte-avions sera amené à mettre en œuvre le système de combat aérien futur (SCAF) porté par la France, l’Allemagne et l’Espagne. Il se peut également que le programme ne soit dévoilé qu’au salon Euronaval, dont la dernière édition en octobre 2018 avait été marquée par le lancement des études portant sur la succession du Charles de Gaulle.

Un dossier établi après 18 mois d’études

Ce sont précisément ces travaux qui ont permis de réaliser le dossier allant être présenté par Florence Parly, ministre des Armées, à Emmanuel Macron, afin que celui-ci entérine les grands choix concernant le PANG. Pour mémoire, plusieurs études (dont une technico-opérationnelle et une de design), d’une durée de 18 mois pour un montant de 36 millions d’euros, ont été conduites, impliquant la Direction Générale de l’Armement, la Marine nationale, le CEA et, côté industriel, Naval Group, les Chantiers de l’Atlantique, TechnicAtome, Thales, Dassault Aviation et MBDA.

Elles ont servi à traiter l’ensemble des questions relatives à ce projet : qu’il s’agisse de besoins opérationnels et capacitaires, de caractéristiques techniques générales et d’intégration de futures technologies, de prise en compte des menaces émergeantes ou encore de permanence du groupe aéronaval avec le retour d’une flotte à deux porte-avions. L’ensemble a permis de faire émerger de grandes options architecturales et d’établir des estimations budgétaires.

Un bâtiment nettement plus gros que le Charles de Gaulle

A l’issue de ces études, qui ont permis d’explorer différents concepts, les grandes lignes de ce q

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française