Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Futurs sous-marins polonais : Une décision attendue rapidement

Défense

La Pologne devrait prendre rapidement une décision quant à son projet Orka de futurs sous-marins. Quatre nouveaux bâtiments sont souhaités pour remplacer les anciens Kobben norvégiens (Sokol, Sep, Bielik et Kondor). Mis en service entre 1964 et 1967, ils ont intégré entre 2002 et 2004 la marine polonaise, qui compte également un sous-marin du type Kilo, l'Orzel, transféré par la Russie en 1986.

Les successeurs de ces sous-marins doivent être réalisés localement, en transfert de technologie, sur la base d’un design étranger. Les deux principaux compétiteurs sont l’Allemand TKMS et le Français Naval Group. Sur le plan politique, les relations demeurent toujours tendues entre Paris et Varsovie, mais elles ne sont pas meilleures avec Berlin.

Malgré les différends entre les deux pays, la ministre française des Armées, Florence Parly, a néanmoins reçu en septembre, à Paris, son homologue polonais, ce que certains observateurs ont présenté comme un signe de réchauffement. Naval Group, de son côté, a continué son action en Pologne, avec une forte présence au salon MSPO de Kielce, le mois dernier, tout en continuant de mettre en place des coopérations avec les industriels locaux. 

La prudence semble cependant de mise du côté des autorités françaises, surtout au regard de précédentes déconvenues avec la Pologne, en particulier l’annulation de la commande de 50 hélicoptères Caracal qui avait provoqué la colère de Paris en 2016.

Naval Group, qui propose une version de son Scorpene 2000, semble néanmoins convaincu d’avoir encore ses chances. Le modèle présenté à la Pologne comporte en effet de sérieux atouts opérationnels. En plus d’un nouveau système de propulsion anaérobie basé sur une pile à combustible, il est en effet proposé avec des missiles de croisière MdCN, ce qui permettrait à la Pologne de disposer d’une arme de premier plan et cela avec une autonomie complète d’emploi.

 

Naval Group (ex-DCNS)