Défense
Galloo emporte un nouveau contrat de déconstruction avec la marine française

Actualité

Galloo emporte un nouveau contrat de déconstruction avec la marine française

Défense

Le groupe franco-belge Galloo a remporté auprès de la Marine nationale un nouveau contrat de déconstruction comprenant cette fois sur 7 bâtiments désarmés. Ce marché, notifié le 2 novembre, porte sur les ex-transports de chalands de débarquement Ouragan et Orage, l’ancien bâtiment de transport et de soutien Bougainville ainsi que l’ancien bâtiment atelier Jules Verne. A ces coques stationnées à Toulon s’ajoutent les ex-bâtiments de transport légers Francis Garnier et Jacques Cartier, ainsi que l’ex-remorqueur ravitailleur Rari, en attente à Brest.

Avant leur départ, Galloo et la Service de Soutien de la Flotte vont devoir réaliser un dossier de transfert transfrontalier de déchets, qui sera soumis aux autorités belges et françaises. Bien que désarmés depuis de longues années et sans valeur militaire, ces bateaux doivent également obtenir le feu vert de la Commission Interministérielle des Exportations de Matériels de Guerre (CIEMG). Une fois toutes les autorisations administratives obtenues, les coques seront mises à disposition de l’industriel, qui pourra organiser leur transfert vers la Belgique. Si tout va bien, les premiers convois, composés de l'ex-Jules Verne et de l'ex-Rari, devraient quitter la France au printemps 2016 et être suivi par les deux suivants 8 mois plus tard.  

Ce nouveau marché, pour lequel les coques concernées représentent un poids d’environ 25.000 tonnes, s’ajoute à ceux précédemment enregistrés par Galloo avec la flotte française. Le premier portait sur l’ex-escorteur d’escadre Bouvet, qui servait de brise-lames à Lorient et avait été transféré vers le chantier de déconstruction de Gand en septembre 2012. Puis, en décembre 2013, Galloo s’était vu notifier le contrat portant sur le démantèlement des anciens escorteurs d’escadre Duperré et La Galissonnière, des ex-avisos-escorteurs Enseigne de Vaisseau Henri et Commandant Rivière, ainsi que des ex-avisos Détroyat et Jean Moulin, le tout représentant 13.000 tonnes. Ils étaient stationnés dans le Finistère, au cimetière marin de Landévennec et à Lanvéoc-Poulmic, à l’exception du Commandant Rivière, désarmé à Toulon. Alors que l'ex-Détroyat a été remorqué à Gand mi-septembre, la dernière coque de ce lot, celle de l'ex-EV Henry, devrait rejoindre la Belgique d'ici la fin de l'année. 

 

Marine nationale