Construction Navale
Gamelin : La mobilisation se poursuit pour sauver le chantier et payer les salaires

Actualité

Gamelin : La mobilisation se poursuit pour sauver le chantier et payer les salaires

Construction Navale

Plus de 60.000 euros. C'est la somme recueillie depuis l'appel aux dons lancé par Fanny Gamelin, suite au suicide de son père, Joël. Patron des chantiers qui portent son nom, l'entrepreneur s'est donné la mort le 23 décembre dans son bureau, laissant derrière lui un message s'excusant de n'avoir pu sauver sa société. Employant 120 personnes à La Rochelle et Saint-Malo, Gamelin a été placé en redressement judiciaire début décembre. Suite à la tragédie qui l'a frappée, elle et sa famille, Fanny a lancé un appel aux dons sur Facebook (*), afin de récolter les 200.000 euros nécessaires au paiement des salaires du mois. Depuis le début de la semaine, cette initiative, largement relayée par les media, a suscité un véritable élan de générosité. La jeune femme de 23 ans a reçu de nombreuses lettres de soutien et des dizaines de dons.
Créés il y a 26 ans et implantés depuis 2006 à Saint-Malo pour se positionner sur le marché des yachts, les chantiers Gamelin, malgré une solide réputation, faisaient face l'année dernière à une situation économique difficile. Au sein de l'entreprise, on met notamment en avant les dépassements de coûts prévus pour le développement et la réalisation de deux prototypes très innovants : Le navire à passagers Tocqueville, livré à l'été 2007, et le catamaran de débarquement L-Cat, conçu par la CNIM et dont la construction s'est achevée l'été dernier.

Ségolène Royal dénonce l'attitude des banquiers

En parallèle de l'initiative, personnelle, de Fanny Gamelin, la mobilisation s'organise pour éviter la fermeture d'un chantier qui ne manque pourtant pas de potentiel. Ségolène Royal s'est rendue sur le site de La Rochelle pour apporter son soutien au constructeur et à ses salariés. « Ce qui est révoltant ici, c'est que l'entreprise avait des commandes. Et qu'elle n'a pas pu avoir les moyens de trésorerie pour acheter les matières premières pour honorer sa commande. Cela, je pense est scandaleux », a estimé la présidente de la région Poitou-Charentes, qui a dénoncé le refus de la banque du chantier d'autoriser les prêts nécessaires. « Il y a, ici, une entreprise qui a été florissante pendant vingt ans, qui a donc enrichi la banque. Et, au moment où elle a eu quelques difficultés pour faire la jointure entre l'achat des matières premières et la production d'un bateau, la banque n'a pas rempli son rôle ». Ségolène Royal, qui a avancé l'idée d'apporter les garanties bancaires de la région, a appelé le Conseil général à passer une commande, prévue de longue date mais retardée, ainsi que l'Etat pour inclure Gamelin dans le plan de relande de l'économie. On pense notamment au ministère de la Défense, qui a annoncé la commande, cette année, de nouveaux engins de débarquement. Dans cette perspective, la notification de plusieurs L-Cat sauverait Gamelin. Mais, pour cela, la commande devra tomber rapidement. Arrivé à Toulon en octobre dernier, le prototype subit actuellement une campagne d'essais avec la marine.
__________________________________________________

(*)VOIR LA PAGE DE FANNY GAMELIN SUR FACEBOOK