Défense
Gaza : L'envoi d'un « navire hôpital » jugé compliqué par le Quai d'Orsay

Actualité

Gaza : L'envoi d'un « navire hôpital » jugé compliqué par le Quai d'Orsay

Défense

La France a annoncé hier l'envoi de moyens humanitaires afin de venir en aide aux populations de la bande de Gaza. Deux avions sont prévus pour acheminer une cargaison destinée aux civils palestiniens, durement touchés par les combats entre le Hamas et l'armée israélienne. Le ministère des Affaires Etrangères a également évoqué l'installation d'un hôpital de campagne. En revanche, le déploiement d'un « navire hôpital », idée qui avait été avancée ces derniers jours, ne semble pas d'actualité. « L'envoi d'un bateau nous parait logistiquement très compliquée », a expliqué hier Eric Chevallier, porte-parole du Quai d'Orsay.
Pour remplir la mission de navire hôpital, la Marine nationale dispose des transports de chalands de débarquement (TCD) Foudre et Siroco, et surtout des nouveaux bâtiments de projection et de commandement (BPC) Mistral et Tonnerre. La Foudre et le Tonnerre sont actuellement déployés en Atlantique, l'un dans le cadre d'une mission Corymbe au large de l'Afrique, et l'autre en vue d'un exercice amphibie franco-américain qui se déroulera en fevrier. Mais, si les Mistral et Siroco sont « disponibles » à Toulon, le déploiement de tels navires dans le cadre d'une opération humanitaire demeure complexe. Afin d'utiliser au mieux leurs capacités, notamment hospitalières, il convient de disposer d'infrastructures portuaires aptes à les recevoir. Faute de pouvoir agir à quai, les navires peuvent, dans l'absolu, opérer en mer et mettre en place des navettes avec la côte via leurs hélicoptères et chalands de débarquement. Mais, dans une zone de conflit comme Gaza, où l'armée israélienne est en opérations aussi bien dans les airs qu'en mer, difficile d'imaginer un bateau hôpital mouillant devant les plages.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française